«Reproduction photographique certifiée en 1886 d’un portrait de Louis Riel propriété d’Abraham Guay» Photo anonyme (s.d.) Source : Archives de l’université du Manitoba

 

     La rébellion du Nord-Ouest en 1885 est de courte durée. Contrairement à 1869, il n’y a pas formation d’un gouvernement provisoire insurrectionnel. Rapidement, le gouvernement du Canada expédie des militaires par chemin de fer pour mater les insurgés. Malgré quelques gains en début de campagne, les Métis et leurs alliés pieds-noirs sont défaits à Batoche. Le 15 mai 1885, Louis Riel, leur leader, «est fait prisonnier et livré à la justice des vainqueurs». Pour les orangistes de l’Ontario, Riel est l’homme à abattre afin de venger la mort de Thomas Scott en 1869.

     L’écrasement du soulèvement métis est inévitable pour permettre de compléter le chemin de fer à travers les Prairies et de finaliser l’expansion canadienne jusqu’au Pacifique. De plus, l’arrestation de Riel est l’occasion pour plusieurs Canadiens anglais de manifester leur rejet du fait français au Canada. Par exemple, le News de Toronto écrit que Riel devrait être étranglé avec le drapeau français et qu’il s’agirait de la seule utilité que ce torchon aurait pour le Canada…C’est dans ce climat que Riel est emprisonné à Regina et qu’il est accusé de haute trahison le 6 juillet 1885. Son procès débute le 20 juillet et se conclut le 1ᵉʳ août : un juré de six hommes blancs le trouve coupable. Le juge prononce alors la sentence de mort.

     Le condamné fait d’abord appel du jugement devant la Cour du banc de la reine du Manitoba puis devant le comité judiciaire du Conseil privé à Londres. Ces demandes sont toutes deux rejetées. Malgré des pétitions contenant des milliers de signatures, le gouvernement de John A. Macdonald refuse de commuer la condamnation à mort. Macdonald accepte toutefois qu’un nouvel examen médical de la santé mentale de Riel soit fait le 31 octobre 1885. Un rapport adopté sur division y affirme que Riel est sain d’esprit. Le 16 novembre 1885, Louis Riel est pendu haut et court au quartier général de la Police à cheval du Nord-Ouest à Regina.

#######

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

«Couronnement d’Éric de Poméranie» Reproduction d’une xylographie de Hans Peter Hansen (1884) Source : Niels Bache. Nordens historie Kjøbenhavn : Forlagbureauret, 1881-1887

     À la fin du XIVᵉ siècle, le commerce des pays scandinaves fait face a une vive concurrence de la Ligue hanséatique. Également nommé la Hanse, cette guilde de marchands allemands domine le marché de la mer Baltique.

     Pour contrer leur visée sur les pays scandinaves, la reine Marguerite, héritière des couronnes de Norvège, du Danemark et de Suède, abdique en faveur de son petit-neveu, Éric de Poméranie.

     Cette union de trois royaumes sous un seul monarque est signée le 20 juillet 1397 à Kalmar, un port suédois situé près de Stockholm.

#######

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Logo de la mission Appolo 11Source : NASA

 

     Le programme Appolo est lancé en 1961 par le président John F. Kennedy. L’objectif américain est d’envoyer un astronaute sur la Lune. Appolo 11 est le cinquième vol habité du programme. C’est aussi le troisième voyage d’humains vers la Lune.

     Le 19 juillet 1969, Neil Armstrong, Michael Collins et Edwin Eugene «Buzz» Aldrin placent leur vaisseau en orbite à une centaine de kilomètres au-dessus du sol lunaire.

     Le lendemain, le module lunaire alunit et les premiers pas humains sur la Lune sont faits le 21 juillet.

#######

EnregistrerEnregistrer