Archive pour la ‘Au XIXe siècle’ Catégorie

«Patineurs sur le canal Rideau»Photo : Earl Andrew (2005)Source : Wikimedia Commons

     L’indépendance des États-Unis en 1776 modifie l’équilibre politique en Amérique du Nord. Durant les décennies qui suivent, les Américains envisagent à quelques reprises la possibilité d’annexer certains des territoires dominés par la couronne britannique au nord de leur frontière. La colonie du Haut-Canada, et particulièrement les établissements situés le long du fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Kingston, sont particulièrement sensibles à la menace d’une invasion américaine puisque la majeure partie du sud du fleuve à cet endroit est entre les mains des Américains.  La tension atteint d’ailleurs son paroxysme lors de la guerre de 1812 avec les nombreux combats armés qui ont lieu le long de cette frontière. Le besoin d’une route sûre vers le Haut-Canada s’impose alors afin d’éviter que cette colonie soit coupée de son accès aux autres colonies britanniques d’Amérique du Nord et à la mère-patrie.

    En 1826, l’officier et ingénieur militaire John By est chargé de construire une voie navigable d’un minimum de 5 pieds de profond entre la rivière des Outaouais et Kingston, sur le lac Ontario. Ces importants travaux d’ingénierie doivent se faire à travers une région peu développée, couverte de forêts vierges et très faiblement peuplées.  Les rivières Rideau et Cataraqui servent de base à ce projet de canalisation. La construction du canal se fait en cinq saisons de travail et l’ouvrage est complété en novembre 1831 : il comporte 47 écluses et 52 barrages.  Des milliers de travailleurs doivent oeuvrer sur le chantier dans des conditions difficiles, étant même frappés par une épidémie de malaria.

  L’ouverture du canal a lieu le 24 mai 1832. À ce moment, l’hostilité entre les colonies britanniques et les États-Unis est chose du passé. Il faut trouver d’autres utilités au canal puisque sa nécessité militaire s‘évanouit. Le canal devient un moyen efficace de transporter des civils et des marchandises et développe une importante vocation commerciale. Plus récemment, la navigation de plaisance s’y développe également et le canal devient une attraction touristique servant même comme patinoire en hiver.

#######

Manifestation des Canadiens contre le gouvernement anglais, à Saint-Charles, en 1837Photo anonyme d’une huile sur toile de Charles Alexander Smith datant de 1890 (s.d.)Source : MNBAQ

     En 1937, des citoyens de Saint-Denis-sur-Richelieu organisent des célébrations pour commémorer le centenaire de la lutte des Patriotes en 1837-1838. Les fêtes se déroulent un peu partout au Québec. Les revendications des Patriotes pour la liberté, la démocratie et la reconnaissance de leur identité nationale sont au coeur des célébrations. Il faut cependant attendre 1962, lors du 125e anniversaire de la bataille de Saint-Denis, pour que la tradition d’une commémoration annuelle des Patriotes débute. La fête a alors lieu en novembre.

     Le 6 octobre 1982, le gouvernement du Québec décrète comme «Journée des Patriotes», le dimanche le plus proche du 23 novembre, en souvenir de la victoire patriote à Saint-Denis. Cette commémoration ne satisfait pas l’opinion publique. La création d’un nouveau congé ou la modification d’un jour férié existant sont réclamées pour témoigner de l’importance historique du mouvement patriote. En 1994, la Chambre des communes à Ottawa reconnaît officiellement la contribution des Patriotes à l’établissement de la démocratie au Canada.

     Le 20 novembre 2002, le gouvernement québécois modifie la «Journée des Patriotes». Afin de rappeler que les assemblées publiques débutèrent au Bas-Canada en mai 1837, la fête de novembre est déplacée vers le mois de mai. Le décret 1322-2002 proclame que dorénavant la «Journée nationale des Patriotes» coïncide avec le lundi précédant immédiatement le 25 mai de chaque année. Ce jour est férié et met un terme à l’ambiguïté qui existait auparavant au Québec quant à la pertinence de commémorer la date de naissance de la reine Victoria du Royaume-Uni ou celle du décès d’Adam Dollard des Ormeaux. Le 19 mai 2003, la «Journée nationale des Patriotes» est célébrée pour la première fois.

Pour en savoir plus : LaFontaine et son temps, Monument Louis-Joseph Papineau

#######

 

Le sacre de NapoléonPhoto anonyme d’une huile sur toile deJacques-Louis David datant de 1805-1807 (s.d.)Source : Wikimedia Commons

     Le sénatus-consulte organique du 28 floréal an XII marque le début du Premier Empire en France. Cette constitution est adoptée le 18 mai 1804. Le titre I précise d’abord que le gouvernement de la République est confié à l’empereur des Français. Puis, le texte spécifie que «Napoléon Bonaparte, Premier consul actuel de la République, est Empereur des Français».

     Napoléon fonde sa légitimité sur la grâce de Dieu selon la théorie du droit divin. Il continue cependant de se réclamer du peuple. Napoléon prend le titre d’empereur et non de roi pour ménager la susceptibilité des révolutionnaires français. Le 6 novembre suivant, un plébiscite donne un appui populaire à cette décision.

     Napoléon Iᵉʳ doit être sacré empereur par le pape Pie VII le 2 décembre 1804 dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Lors de la cérémonie, au moment où le pape vient pour prendre la couronne dite de Charlemagne, Napoléon la saisit et se couronne lui-même. Joséphine est ensuite couronnée impératrice par Napoléon et le pape se contente de bénir ce sacre.

#######