riel-est-pendu-888x960

«L’exécution de Louis Riel»
Gravure anonyme publiée dans Le Monde illustré
(5 décembre 1885)
Source : BANQ

 

     Louis Riel est le chef des Métis lors de la rébellion de la Rivière Rouge en 1869 et il agit comme président du Comité national des Métis. Les Métis forcent l’arrêt du mesurage des terres du Nord-Ouest par les arpenteurs ontariens et s’emparent du poste de la Hudson Bay Company à Upper Fort Garry. Agissant à titre de gouvernement provisoire, le Comité négocie l’adhésion des habitants du Nord-Ouest dans le nouveau «Dominium du Canada», ce qui aboutit en 1870 par la création de la province du Manitoba. Malheureusement, durant cette période, un cour martiale métisse condamne l’aventurier Thomas Scott à mort par peloton d’exécution. Scott, irlandais d’origine, devient le martyr des anglophones protestants et orangistes et sa mort devient le symbole de l’hostilité des Métis envers l’Ontario.

     Durant la décennie qui va suivre, Riel se réfugie aux États-Unis. Même s’il est élu député de la Chambre des communes, il ne pourra jamais y siéger étant contraint à l’exil en raison de sa condamnation pour le meurtre de Scott.  Il est également atteint d’une forme de mysticisme religieux qui force ses proches à le faire interner dans des hôpitaux pour lunatiques du Québec entre 1875 et 1878. Il se rend ensuite au Montana jusqu’en 1884, date où il accepte de revenir dans le Nord-Ouest canadien. Convaincu qu’il est un prophète du Nouveau Monde, Riel organise et dirige la rébellion du Nord-Ouest.  Après une série de batailles, Riel se rend aux éclaireurs de la Police à cheval du Nord-Ouest le 15 mai 1885.

     Le 6 juillet, Riel est accusé de trahison.  Son procès se déroule à Régina. Son avocat tente de plaider l’aliénation mentale mais Riel réclame un procès politique et fait un discours virulent lorsqu’il s’adresse au jury.  Il est finalement reconnu coupable et les nombreux appels à la clémence ne peuvent le sauver. Son exécution est reportée trois fois, sous une pression populaire grandissante, surtout au Québec.  Rien n’y fait,  le verdict est maintenu en appel. Le 16 novembre 1885, Louis Riel est pendu à Regina. Depuis sa mémoire a été partiellement réhabilitée puisqu’il est considéré comme le fondateur du Manitoba et comme un des Pères de la Confédération.

#######

Entête de la biographie de Marcian Hoff sur le site web du Massachusetts Institute of Technology Source : MIT (1996)

Entête de la biographie de Marcian Hoff sur le site web du Massachusetts Institute of Technology
Source : MIT (1996)

     À l’origine, les ordinateurs avaient des dimensions énormes. Le microprocesseur transforme cette réalité. Dès les années 1950, les travaux de Jack Kilby et Robert Noyce sur les transistors ouvrent de nouvelles possibilités de miniaturisation. En 1968, Marcian Hoff est embauché par Intel, une «startup» fondée par Robert Noyce et Gordon Moore. L’année suivante, Busicom charge Intel de fabriquer des circuits intégrés afin de créer des calculateurs programmables. Pour ce projet, Hoff développe, avec l’aide de Stan Mazor, un processeur universel sur une puce unique. C’est le microprocesseur.

     Le 15 novembre 1971, Intel annonce la commercialisation de ce microprocesseur. La publicité paraît dans Electronic News. Le 4004 CPU compte 2 300 transistors. De la taille d’un ongle, ce microprocessseur  possède la même puissance que le premier ordinateur électronique datant de 1946 qui, par contraste, occupait un pièce complète.

     La société Intel vend son premier microprocesseur au prix de 200 dollars. Ce processeur est suffisamment petit pour être présent dans un circuit intégré. Sa découverte conduit à la création des micro-ordinateurs.  On retrouve d’ailleurs le 4004 CPU dans le micro-ordinateur MCS-4, également commercialisé par Intel.

#######

Vue du centre-ville de Coventry au lendemain du bombardement Photo : Lt Taylor (1940)

«Vue du centre-ville de Coventry au lendemain du bombardement»
Photo : Lt Taylor (1940)
Source : Wikimedia Commons

     En 1940, Coventry au Royaume-Uni est une importante ville industrielle. Les manufactures de la ville fournissent l’armée anglaise dans le combat contre le nazisme. Incapable d’envahir l’Angleterre, Adolf Hitler décide de bombarder ce pays. Le 8 novembre, la Royal Air Force contre-attaque en bombardant Munich. Les Allemands répliquent en engageant près de 450 bombardiers dans l’Opération Sonate à la lune; leur cible : Coventry.

     Durant la nuit du 14 au 15 novembre 1940, la Luftwaffe amorce le bombardement intensif de la ville. Durant 13 heures, des milliers de bombes explosives et incendiaires sont larguées sur la ville.  Au lendemain du raid, la scène est terrifiante : les trois quarts de la ville sont rasés laissant les habitants dans le désarroi.

     La destruction est si grande qu’un néologisme apparaît: «To Conventrate» signifiant détruire physiquement et psychologiquement une ville. Les nazis utilisent cette opération pour stimuler leur recrutement et tenter de démontrer leur supériorité militaire. Par contre, ce bombardement intensif marquent plutôt la fin de la bataille d’Angleterre. La RAF réussit ensuite à repousser les avions allemands de l’espace aérien anglais et Hitler doit abandonner son objectif de conquérir la Grande-Bretagne.

######