Archive pour la ‘Au XVIe siècle’ Catégorie

«Frontenac recevant le major Thomas Savage envoyé par sir William Phipps pour obtenir la reddition de Québec»Reproduction d’une aquarelle et crayon sur bois deCharles William Jefferys (1925)

     La réplique est restée célèbre : «Je n’ay point de Reponse a faire a vostre general que par la bouche de mes cannons et a coups de fuzil». Louis de Buade, comte de Frontenac, repousse ainsi l’ultimatum de William Phipps en 1690. Québec ne se rendra pas facilement. Le plan des Anglais est de débarquer le gros de leurs troupes à Beauport puis de traverser la rivière Saint-Charles en canots. Une fois l’armée anglaise installée à l’ouest de Québec, la flotte de Phipps doit attaquer Québec de front.

     Le 18 octobre 1690, le débarquement a lieu à Beauport sous la commande du major John Walley, commandant en second de Phipps. Immédiatement, les Anglais sont harcelés par les miliciens canadiens dirigés par Jacques Le Moyne de Sainte-Hélène. Ils ne traverseront jamais la rivière. Devant Québec, Phipps débute un lourd bombardement qui dure quatre jours et se termine par l’épuisement des munitions anglaises.

     Le siège de Québec tire à sa fin. Phipps doit abandonner son projet de conquête de la Nouvelle-France. Après un échange de prisonniers, ses navires lèvent l’ancre le 24 octobre et repartent vers Boston. Le retour est difficile : son escadre essuie plusieurs tempêtes ; la navigation est lente ; certains font naufrage ; d’autre n’arriveront jamais… La défaite anglaise est complète.

#######

 

«Le colloque de Marbourg»

Reproduction d’une gravure sur bois anonyme (1557)

Source : Wikimedia Commons

     Le colloque de Marbourg réunit les principales figures de la Réforme protestante. L’initiative de la réunion revient à Philippe de Hesse qui espère en tirer un profit politique. Deux idéologies différentes s’affrontent lors du colloque. Le débat porte sur la question de l’institution de l’Eucharistie par le Christ.

     Le colloque a lieu entre le 1ᵉʳ et le 4 octobre 1529. L’objectif est de résoudre le conflit opposant les luthériens aux zwingliens. Martin Luther affirme que les paroles du Christ, «Ceci est mon corps.  Ceci est mon sang», signifient sa Présence réelle dans le sacrement. Hyldrych Zwingli soutient par contre que cette expression doit être prise comme une métaphore et qu’il s’agit d’un symbole sans qu’il y ait une présence divine dans les espèces.

     Le colloque aboutit sur un échec. Zwingli assume alors son leadership de réformateur radical et refuse de s’entendre avec Luther. Ceci empêche la consolidation de la Réforme à l’échelle européenne. Zwingli en vient à combattre physiquement les catholiques. Il meurt l’épée à la main en 1531.

#######

La Terra De Hochelaga Nella Nova FranciaReproduction d’un dessin de Giacomo GastaldiSource : Giovanni Battista Ramusio (1565)

     En 1535, Jacques Cartier explore le fleuve Saint-Laurent. Il a un mandat du roi François 1ᵉᴿ de trouver une voie d’eau menant aux richesses du Cathay. Il emprunte alors «le chemin et commancement du grand fleuve de Hochelaga et chemin du Canada». Après avoir festoyé à Stadaconné au début de septembre, il continue de remonter le fleuve à bord de l’Émérillon à partir du 19 septembre. Rendu au lac Saint-Pierre qu’il nomme lac Angoulême, il laisse son navire à l’ancre et poursuit sa route en barques vers l’amont du fleuve.

     Le 2 octobre 1535, Cartier et ses trente-deux mariniers arrivent en vue de l’île de Montréal. Ce sont probablement les premiers Européens à pénétrer aussi profondément à l’intérieur de la vallée du Saint-Laurent. Les habitants d’Hochelaga les accueillent en grand nombre. Des galettes de maïs sont lancées dans les embarcations françaises. Cartier et ses hommes débarquent sur l’île et distribuent des breloques aux Hochelagiens. Ils passent ensuite la nuit dans leurs barques.

     Le lendemain, Cartier visite la ville fortifiée d’Hochelaga habitée par plus de deux milles personnes. Inquiet pour ses navires, il repart immédiatement vers Stadaconné. Les interprétations de ces événements sont multiples.  Pour certains, Cartier remonte le fleuve et trouve Hochelaga au sud du mont Royal.  Pour d’autres, il remonte la rivière des Prairies et arrive plutôt au nord.  Le type de relations qu’il établit avec les Amérindiens est également sujet de controverses, l’analyse les décrivant comme allant de l’amitié à la méfiance en passant par l’agressivité.

#######