7 mars 1963

Le FLQ attaque trois casernes militaires

Un Vieux de '37 Gouache sur papier brun d'Henri Julien (1904)

Un Vieux de ’37
Photo anonyme d’une gouache sur papier brun d’Henri Julien datée de 1904 (s.d.)
Source : Wikimedia Commons

     En 1962, le Réseau de Résistance pour la libération nationale du Québec amorce une campagne de sensibilisation de l’opinion publique québécoise. Des symboles du gouvernement fédéral et de la présence britannique au Québec sont vandalisés. Au début de 1963, des militants du Rassemblement pour l’indépendance nationale et du Réseau de Résistance décident de fonder le Front de libération du Québec. L’objectif initial est de combiner l’action terroriste clandestine à l’action politique légale. Le 23 février, une première bombe explose au porte d’une station de radio anglophone de Montréal.

front-de-libc3a9ration-communiquc3a9-cellule-la-minerve

Faux communiqué du FLQ émis par la Gendarmerie royale du Canada en 1970
Source : Lisa-Marie Gervais, «La petite histoire des communiqués, vrais et faux in Le Devoir
(2 octobre 2010)

     Durant la nuit du 7 au 8 mars, trois casernes militaires de Montréal sont attaquées par le FLQ. Des bombes sont placées dans leur boîte aux lettres. Le 8 mars, le FLQ émet son premier communiqué pour revendiquer ses actions. Ces révolutionnaires se décrivent comme des commandos suicides près à mourir pour l’indépendance du Québec. Leur objectif est une révolution sociale visant à libérer le Québec du colonialisme anglo-américain.

FLQ-1

What did the FLQ do and did they achieve their goals ?
Photo anonyme (s.d.)
Source : Historyblogs

     De 1963 à 1970, les actions criminelles du FLQ sont constamment placées sous le signe du terrorisme et des revendications d’extrême-gauche. Afin d’associer leur geste à l’histoire du Québec, les communiqués du FLQ ont régulièrement en filigrane une image traditionnelle québécoise. Cette image, c’est Un Vieux de ’37, un dessin dont le thème est créé par Henri Julien pour illustrer le poème «Le Vieux patriote» publié par Louis Fréchette en 1887 dans La Légende d’un peuple. Cette illustration est ensuite développée dans une gouache sur papier brun commandée par Georges-Aimé Simard à Julien en 1904.  Elle est diffusée au public québécois grâce à sa publication posthume en 1916 par La Librairie Beauchemin dans Henri Julien Album.

#######