Archive pour la ‘Confédération’ Catégorie

Prélude à la ConfédérationIllustration de Rex Woods (1967)Source : «Collection Confederation Life»

      Au printemps 1864, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard mandatent des délégués pour participer à une conférence portant sur une union maritime des trois colonies. Lorsque les élus de la Province du Canada entendent parler du projet, ils demandent de participer à la réunion.  Ils veulent y développer l’idée plus large d’une vaste union des colonies britanniques d’Amérique du Nord.

     L’Île-du-Prince-Édouard organise l’événement. Vingt-trois délégués arrivent dans le port de Charlottetown entre le 30 août et le 1ᵉʳ septembre 1864.  Le cirque Slaymaker and Nichols’ Olympic est alors en ville. Résultat: il n’y a pas de place pour héberger les représentants canadiens arrivant de Québec.  Ils sont accueillis en barque par le secrétaire colonial William Henry Pope et doivent coucher à bord du SS Queen Victoria.

     La conférence débute le 1er septembre et se termine le 9. Les réunions formelles de travail alternent avec les banquets, les dîners et les bals qui permettent aux délégués de discuter entre eux.  Le projet de fédération des Maritimes est finalement rejeté au profit d’un plus vaste projet visant toute l’Amérique du Nord britannique.

#######

 

«Reproduction photographique certifiée en 1886 d’un portrait de Louis Riel propriété d’Abraham Guay» Photo anonyme (s.d.) Source : Archives de l’université du Manitoba

 

     La rébellion du Nord-Ouest en 1885 est de courte durée. Contrairement à 1869, il n’y a pas formation d’un gouvernement provisoire insurrectionnel. Rapidement, le gouvernement du Canada expédie des militaires par chemin de fer pour mater les insurgés. Malgré quelques gains en début de campagne, les Métis et leurs alliés pieds-noirs sont défaits à Batoche. Le 15 mai 1885, Louis Riel, leur leader, «est fait prisonnier et livré à la justice des vainqueurs». Pour les orangistes de l’Ontario, Riel est l’homme à abattre afin de venger la mort de Thomas Scott en 1869.

     L’écrasement du soulèvement métis est inévitable pour permettre de compléter le chemin de fer à travers les Prairies et de finaliser l’expansion canadienne jusqu’au Pacifique. De plus, l’arrestation de Riel est l’occasion pour plusieurs Canadiens anglais de manifester leur rejet du fait français au Canada. Par exemple, le News de Toronto écrit que Riel devrait être étranglé avec le drapeau français et qu’il s’agirait de la seule utilité que ce torchon aurait pour le Canada…C’est dans ce climat que Riel est emprisonné à Regina et qu’il est accusé de haute trahison le 6 juillet 1885. Son procès débute le 20 juillet et se conclut le 1ᵉʳ août : un juré de six hommes blancs le trouve coupable. Le juge prononce alors la sentence de mort.

     Le condamné fait d’abord appel du jugement devant la Cour du banc de la reine du Manitoba puis devant le comité judiciaire du Conseil privé à Londres. Ces demandes sont toutes deux rejetées. Malgré des pétitions contenant des milliers de signatures, le gouvernement de John A. Macdonald refuse de commuer la condamnation à mort. Macdonald accepte toutefois qu’un nouvel examen médical de la santé mentale de Riel soit fait le 31 octobre 1885. Un rapport adopté sur division y affirme que Riel est sain d’esprit. Le 16 novembre 1885, Louis Riel est pendu haut et court au quartier général de la Police à cheval du Nord-Ouest à Regina.

#######

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

International Convention at Quebec of Delegates of the Legislatures of Canada, New Brunswick, Nova Scotia, Prince Edward Island and NewfoundlandPhoto noir & blanc deJules-Isaï Benoit dit Livernois (1864)Source : BAC C-006350

    Deux conférences se tiennent en 1864 à Charlottetown et à Québec entre des délégués du Canada, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard afin de discuter de la possibilité de créer un nouveau pays.

     Ces rencontres aboutissent en 1867 avec l’Acte de l’Amérique du Nord britannique qui crée le Dominion du Canada.

     L’AANB reçoit la sanction royale de la reine Victoria en mai 1867.  Le 1er juillet suivant est alors choisi comme date d’entrée en vigueur de la nouvelle constitution.

#######