Archive pour la ‘Confédération’ Catégorie

« L’exécution de Louis Riel »

Gravure anonyme publiée dans Le Monde illustré (5 décembre 1885)

Source : BANQ

 

     Louis Riel est le chef des Métis lors de la rébellion de la Rivière Rouge en 1869. Il agit comme président du Comité national des Métis. Après avoir forcé l’arrêt du mesurage des terres du Nord-Ouest par les arpenteurs ontariens, les Métis s’emparent du poste de la Hudson Bay Company à Upper Fort Garry. Agissant à titre de gouvernement provisoire, le Comité négocie l’adhésion des habitants du Nord-Ouest dans le nouveau « Dominium du Canada », ce qui aboutit en 1870 par la création de la province du Manitoba. Malheureusement, durant cette période, une cour martiale métisse condamne l’aventurier Thomas Scott à mort par peloton d’exécution. Scott, irlandais d’origine, devient le martyr des anglophones protestants et orangistes et sa mort devient pour eux le symbole de l’hostilité des Métis envers l’Ontario.

     Durant la décennie qui va suivre, Riel se réfugie aux États-Unis. Même s’il est élu député de la Chambre des communes, il ne pourra jamais y siéger étant contraint à l’exil en raison de sa condamnation pour le meurtre de Scott. Il est également atteint d’une forme de mysticisme religieux qui force ses proches à le faire interner dans des « hôpitaux pour lunatiques » du Québec entre 1875 et 1878. Il se rend ensuite au Montana jusqu’en 1884, date où il accepte de revenir dans le Nord-Ouest canadien. Convaincu qu’il est un prophète du Nouveau Monde, Riel organise et dirige la rébellion du Nord-Ouest. Après une série de batailles, Riel se rend aux éclaireurs de la Police à cheval du Nord-Ouest le 15 mai 1885.

     Le 6 juillet suivant, Riel est accusé de trahison. Son procès se déroule à Regina. Bien que son avocat tente de plaider l’aliénation mentale, Riel réclame un procès politique. Amené à la barre, Louis Riel fait un discours virulent lorsqu’il s’adresse au jury. Il est finalement reconnu coupable; les nombreux appels à la clémence ne peuvent le sauver. Son exécution est reportée trois fois, sous une pression populaire grandissante, surtout au Québec. Rien n’y fait, le verdict est maintenu en appel. Le 16 novembre 1885, Louis Riel est pendu à Regina. Depuis sa mémoire a été partiellement réhabilitée puisqu’il est considéré comme le fondateur du Manitoba et comme un des Pères de la Confédération.

#######

«Les délégués à la Conférence de Québec»

Photo : Jules-Isaïe Livernois (1864)

Source : BAC

 

     Lorsque Jules-Isaï Livernois prend en photo les délégués à la Conférence de Québec le 27 octobre 1864 devant un des murs de l’Hôtel du Parlement, il est loin de se douter qu’il immortalise les «Pères de la Confédération». Il est également loin de se douter que les délibérations qu’ont tenues à huis clos les délégués durant la conférence vont aboutir moins de trois ans plus tard à la constitution d’un nouveau pays : la Puissance ou Dominion du Canada.

     Le titre original de la photo évoque le climat dans lequel elle est prise. Ce portrait de groupe s’intitule «International Convention at Quebec, of Delegates of the Legislatures of Canada, Nova Scotia, New Brunswick, Prince Edward’s Island and Newfoundland, to Settle the Basis of a Union of the British North American Provinces». En français, cet intitulé se traduit par «Conférence internationale à Québec des délégués des législatures du Canada, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve, pour déterminer les bases d’une union des provinces britanniques d’Amérique du Nord».

     En fait, Livernois prend cette photo à l’issue de la conférence.  Il nous laisse une image des délégués de plusieurs législatures qui ont participé à une conférence qualifiée d’internationale.  À l’époque, dans l’est de l’Amérique, la couronne britannique règne sur cinq provinces.  Son autorité y est représentée par des gouverneurs qui partagent le pouvoir avec des législatures dont une partie est élue par la population.  Dans la Province du Canada qui regroupe, depuis l’Union Act de 1840, les anciennes colonies du Bas-Canada et du Haut-Canada, l’exercice du pouvoir est devenu problématique.

Pour plus d’informations, voir «La Conférence de Québec de 1864».

#######

Prélude à la ConfédérationIllustration de Rex Woods (1967)Source : «Collection Confederation Life»

      Au printemps 1864, la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard mandatent des délégués pour participer à une conférence portant sur une union maritime des trois colonies. Lorsque les élus de la Province du Canada entendent parler du projet, ils demandent de participer à la réunion.  Ils veulent y développer l’idée plus large d’une vaste union des colonies britanniques d’Amérique du Nord.

     L’Île-du-Prince-Édouard organise l’événement. Vingt-trois délégués arrivent dans le port de Charlottetown entre le 30 août et le 1ᵉʳ septembre 1864.  Le cirque Slaymaker and Nichols’ Olympic est alors en ville. Résultat: il n’y a pas de place pour héberger les représentants canadiens arrivant de Québec.  Ils sont accueillis en barque par le secrétaire colonial William Henry Pope et doivent coucher à bord du SS Queen Victoria.

     La conférence débute le 1er septembre et se termine le 9. Les réunions formelles de travail alternent avec les banquets, les dîners et les bals qui permettent aux délégués de discuter entre eux.  Le projet de fédération des Maritimes est finalement rejeté au profit d’un plus vaste projet visant toute l’Amérique du Nord britannique.

#######