Archive pour la ‘Au XVIIIe siècle’ Catégorie

«Monument commémorant l’Odyssée acadienne à Port-la-Joye»Photo : SNA (2008)Source : La Voie acadienne.com

     Dès la première chute de Louisbourg en 1745, la déportation des Acadiens de «l’isle Saint-Jean» est envisagée par les Anglais. Le «Grand Dérangement» amorcé avec la fondation d’Halifax s’accélère lorsque la déportation sur le continent débute en 1755. Plusieurs Acadiens fuient alors vers l’isle Saint-Jean pour s’y établir. En juillet 1758, la forteresse de Louisbourg tombe aux mains des Britanniques laissant la porte ouverte pour la capture de la colonie de l’île Saint-Jean.

     Le 8 août 1758, le lieutenant-colonel Andrew Rollo est mandaté pour s’assurer de la capitulation de cette colonie française. Il doit également déporter la population acadienne de l’île Saint-Jean.

     Commandant une flotte de 5 navires, Rollo entre dans la rade de Port-la-Joye, la capitale de la colonie, le 17 août 1758 à 2 heures de l’après-midi. Il intercepte un bateau français arborant un pavillon blanc. Une heure plus tard, Port-la-Joye capitule. La colonie, devenue britannique, sera renommée Île-du-Prince-Édouard en 1799.

#######

«Attaques des forts de Chouaguen en Amerique…»Reproduction d’une carte du lieutenant Therbu datant de 1789 (s.d.)Source : Barry Lawrence Ruderman Antique Maps Inc.

     L’arrivée à Québec des régiments de La Sarre et de Royal-Roussillon en mai 1756 est accompagnée de celle d’un nouveau commandant, le marquis Louis-Joseph de Montcalm. Malgré ses réticences, Montcalm se rallie au plan élaboré par le gouverneur Pierre de Rigaud de Vaudreuil en vue d’attaquer le «fort de Chouaguen» (Oswego) à l’embouchure de la rivière du même nom. Cette campagne vise le contrôle de l’embouchure du lac Ontario.

     Les troupes françaises se positionnent le 10 août 1756 pour bombarder le fort Ontario qui tombe rapidement. La garnison anglaise se replie alors au fort Oswego, de l’autre côté de la rive.  Le verrou militaire sur la rivière Oswego est ainsi démoli. Le bombardement français se poursuit sur le fort.  Le 14 août au matin, le commandant des troupes anglaises, le colonel James Mercer est décapité par un boulet de canon.  Une heure plus tard, Oswego capitule.

     Montcalm fait détruire le fort et poursuit l’avancée française jusqu’au fort William-Henry qui domine la vallée de l’Hudson. Ses troupes contrôlent alors la région des Grands Lacs. La première phase de la guerre de la Conquête tourne ainsi à l’avantage de la France.

#######

«Caricature montrant le nouvel ordre du pouvoir entre le Tiers-État, l’aristocratie et le clergé»Artiste anonyme (s.d.)Source : www.mouneluna.com

     Juillet 1789 : cette période est qualifiée de Grande Peur par plusieurs historiens. Des rumeurs de levée d’une armée par la noblesse française circulent à Paris et en provinces. Plusieurs paysans retournent sur leur terre pour s’emparer des papiers terriers et des titres seigneuriaux qui garantissent les privilèges de l’aristocratie.

     Le 4 août 1789, l’Assemblée constituante interrompt son débat sur la Déclaration de droits de l’homme et du citoyen pour amorcer une discussion sur les privilèges de la noblesse. Cette séance de nuit aboutit par l’abolition de tout les droits et privilèges personnels.

     Le décret comprend 19 articles. Il abolit le régime féodal, la dîme, les justices seigneuriales et, en bref, les privilèges pécuniaires de la noblesse.

#######

 

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer