Archive pour la ‘Au XVIIIe siècle’ Catégorie

Québec pendant le siège, 1759Reproduction d’une carte de Benjamin Sultepubliée en 1884 (s.d.)Source : Wikimedia Commons

     La bataille de Beauport est aussi connue comme la bataille de Montmorency, du nom de la chute au pied de laquelle elle se déroule. Au début de juillet 1759, durant le siège de Québec, les forces armées britanniques dirigées par James Wolfe tentent un débarquement à cinq kilomètre à l’est de la capitale de la Nouvelle-France.  Ils établissement un campement fortifié sur les hauteurs à l’est de la chute.

     Le 31 juillet, Wolfe ordonne une attaque sur les retranchements français. Campés sur le haut de la falaise à l’est de la chute, l’armée française profite de l’indiscipline des compagnies britanniques à ouvrir le feu pour repousser une première attaque.  Un orage se déclenche pour ralentir l’ascension des Anglais qui deviennent une cible facile. L’échec est complet et les Anglais doivent battre en retraite avec des pertes de plus de 400 hommes.

     Cette défaite met Wolfe en furie.  Il blâme les grenadiers pour leur conduite durant la bataille et se met à dos son état-major.  Conséquence de sa colère, la campagne de peur autour de Québec est accentuée: les maisons sont incendiées à un rythme effarant et les bombardements augmentent sur la capitale de la Nouvelle-France. Du côté anglais, les critiques augmentent sur la stratégie du général au cours d’un siège qui semble interminable.

 #######

La Prise de la Bastille Reproduction anonyme d’une aquarelle datant de 1789 de Jean-Pierre Houël (s.d.) Source : BNF

 

     Le 14 juillet est célébré aujourd’hui en France comme fête nationale.  Cette date a été retenue en 1880 après un long débat.

     La prise de la Bastille est à l’origine de cette commémoration. Cet événement marquant de la Révolution française est l’aboutissement du Siècle des Lumières. En France, la crise financière de la fin du XVIIIᵉ siècle mène à la convocation des États généraux en 1788 puis de l’Assemblée constituante en 1789.

     Le 14 juillet 1789, des émeutiers parisiens prennent d’assaut et s’emparent de la forteresse. Le gouverneur de la prison avait refusé de fournir des armes à la population ce qui entraîne une milice spontanée à la révolte. Cette victoire du peuple marque l’effondrement de l’administration royale et devient un symbole de la Révolution française.

#######

EnregistrerEnregistrer

«Le fort Niagara, vu du lac Ontario»Photo : Omegatron (2007)Source : Wikimedia Commons

    Le fort Niagara est situé à l’embouchure de la rivière du même nom. Aux XVIIᵉ et XVIIIᵉ siècles, c’est un établissement stratégique pour le contrôle des Grands Lacs et l’accès au coeur de l’Amérique du Nord. Un premier poste, nommé fort Conti, y est établi en 1679 par les Français. Le fort Denonville lui succéde en 1687. L’impressionnante construction en pierre actuelle date de 1726.  Le bâtiment principal porte d’abord le nom de «Maison de la Paix», pour ne pas offenser les Amérindiens. Gaspard Chaussegros de Léry le nomme ensuite le «Château français». C’est cet ensemble de bâtiments qui devient le fort Niagara et qui est agrandi en 1755.  Située en territoire iroquois, cette fortification domine la route vers la vallée de l’Ohio.

     Durant la guerre de la Conquête, les troupes britanniques cherchent à démanteler le réseau de forts construit par les Français dans les Grands Lacs afin d’affaiblir la colonie française établie dans la vallée du Saint-Laurent.  Cette stratégie porte fruit : en 1758, le fort Duquesne, situé au bord de la Monongahela, est abandonné et rasé par ses occupants français. Ceci laisse place à la construction par les Britanniques du fort Pitt, sur l’actuel site de la ville de Pittsburgh.

      Le 6 juillet 1759, les troupes anglaises dirigées par John Prideaux poussent la pression plus au nord. Ils amorcent alors le siège du fort Niagara. Frappé par un boulet mortel lors des premiers combats, Prideaux est remplacé par William Johnson.  Supérieurs en nombre, les Anglais repoussent alors les renforts français lors de la bataille de La Belle Famille. Le contingent dirigé par Johnson obtient finalement la reddition du fort Niagara le 25 juillet suivant. La principale route de la traite des fourrures est désormais coupée pour les Français.

#######