Portrait of Hon. Honoré Mercier

Photo anonyme (1899)

Source : BAC

 

     Le 4 novembre 1892, Honoré Mercier est acquitté d’une accusation d’avoir fraudé le trésor public de 60 000 $ dans un contrat de papeterie avec le libraire Joseph-Alfred Langlais. Mercier est le député de Bonaventure mais n’est plus le premier ministre du Québec à ce moment. Déjà, le 16 décembre 1891, le lieutenant-gouverneur Auguste-Réal Angers l’avait renvoyé d’office, dans la tourmente du scandale de la Baie-des-Chaleurs.

     Son équipe a perdu le pouvoir lors des élections de mars 1892, au terme d’une campagne où sa réputation fut salie avec une rare violence. Pourtant le rapport de la commission chargée d’enquêter sur l’implication de Mercier et de ses ministres dans l’affaire de la Baie-des-Chaleurs conclut que Mercier n’a rien à voir avec les transactions douteuses reliées à cet octroi de financement à une compagnie privée. Qu’à cela ne tienne, sans respect pour les affirmations de Mercier, le procureur général Thomas Chase Casgrain décide de poursuivre Mercier sur de vagues allégations de fraudes.

     À l’automne 1892, Honoré Mercier comparaît devant les assises criminelles à Québec.  Mercier est alors commandeur de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre de Léopold, grand-croix de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand et comte palatin.  L’issue du procès lave son honneur mais sa santé est brisée par l’acharnement de ses adversaires politiques qui ne peuvent supporter ses arguments sur l’autonomie provinciale.  Mercier décède deux ans plus tard et il est inhumé au cimetière Notre-Dame-des-Neiges.

#######

 

 

«Spoutnik 1 – Spoutnik 2 – Laïka»

Reproduction d’un timbre-poste hongrois émis en 1957 (2007)

Source : Wikimedia Commons

     Le programme Spoutnik permet à l’Union soviétique de lancer la conquête de l’espace par les humains. Dès les années 1930, les Soviétiques développent un programme scientifique de recherche sur les fusées. Les missiles R-7 s’imposent alors comme le moyen le plus efficace pour mettre des satellites artificiels en orbite.

     Après la mise en orbite du premier Spoutnik en octobre 1957, les autorités soviétiques se précipitent pour imposer l’envoi d’êtres vivants dans l’espace. L’objectif est éventuellement d’envoyer le premier humain dans l’espace. Le 3 novembre 1957, la chienne Laïka est expédiée en orbite autour de la Terre.

     La petite chienne est sur haute surveillance.  Malheureusement, la précipitation dans laquelle se prépare ce vol orbital laisse trop peu de temps pour prévoir un retour sur Terre. Laïka survit au lancement et prouve qu’un être vivant pour aller dans l’espace. Après quatre orbites, la télémétrie utilisée pour mesurer les réactions physiologiques de Laïka cesse d’émettre des données. La petite chienne est décédée. Ces informations seront révélées uniquement récemment.

#######

«Plaque commémorant le mariage de Martin Prévost et de Marie Manitouabe8ich en 1644»

Photo anonyme de la plaque commémorative érigée à Beauport en 1994 par l’Association de Prévost-Provost d’Amérique (2015)

Source : www.ipublishpress.ca

     Martin Prévost est un des pionniers de la Nouvelle-France. Après son départ de France, sa présence est signalée à Québec dès 1639. Il travaille d’abord comme magasinier pour la Compagnie de Cent-Associés. Le 3 novembre 1644, Prévost épouse Marie-Olivier-Sylvestre Manitouabe8ich, une jeune Amérindienne. Cette alliance entre un Français et une femme autochtone est la plus ancienne que l’on retrouve dans les registres de catholicité de la colonie. Il est possible que le métissage ait débuté avec d’autres unions mais le mariage entre Prévost et Manitouabe8ich est le premier à être «officiel». Par après, le couple s’installe à Beauport, sur une terre que lui a concédé la Compagnie.

     Marie-Olivier-Sylvestre Manitouabe8ich a une histoire particulière. Elle est la fille de Roch Manitouabe8ich et de Outchibahanoukoueou. Ses origines restent sujet de discussion : il est admis que sa mère était une Abénaki mais il est possible que son père soit un Wendat bien qu’il est plus probable qu’il soit un Algonquin. Marie-Olivier-Sylvestre est baptisée par un missionnaire jésuite à la mission de Sillery. Le prénom Marie lui est donnée en l’honneur de la Vierge.  Son parrain est l’interprète Olivier Letardif de qui elle tient son second prénom, comme le veut la coutume. L’ajout du prénom Sylvestre signifie «Celle qui vient de la forêt».

     À l’âge de 10 ans, la petite fille est adoptée par Olivier Letardif qui prend à sa charge de la faire éduquer par les Ursulines. Pensionnaire du couvent, elle va ensuite résider chez Guillaume Hubou et Marie Rollet. La veuve de Louis Hébert et son nouvel époux abritent alors plusieurs orphelins et enfants amérindiens. Hubou travaille lui aussi pour les Cent-Associés. Bien éduquée, Marie-Olivier-Sylvestre Manitouabe8ich fait alors la connaissance de Martin Prévost. Son père adoptif donne sa bénédictin à leur union. Après leur mariage, le couple va donner naissance à huit enfants.

#######