6 novembre 1837

Affrontement à Montréal entre le Doric Club et les Fils de la Liberté

«Thomas Storrow Brown est attaqué par des membres du Doric Club»

Dessin : Henri Julien (1887)

Source : The Montreal Star, vol. 19, no 248 (22 octobre 1887): 3

 

 

     Les Fils de la Liberté sont les membres d’une association politique paramilitaire et patriote fondée en août 1837. Le nom de l’association est trouvé par Louis-Joseph-Amédée Papineau, le fils de Louis-Joseph Papineau, chef politique des Patriotes. Dès leur début, les Fils de la Liberté convoquent une assemblée publique le premier lundi de chaque mois. La rencontre du 6 novembre 1837 tourne à un affrontement annonciateur des troubles à venir dans le Bas-Canada.

     Cette journée-là, les Fils de la Liberté doivent tenir leur assemblée mensuelle malgré l’interdiction formelle du gouverneur de tenir des rassemblements. Les journaux dits «loyaux» menacent aussi d’écraser les Fils de la Liberté. Des affiches invitent les «loyaux habitants de Montréal» à se diriger à la place d’Armes à midi et demi pour «étouffer la rébellion au berceau». Les Fils de la Liberté, dont plusieurs membres sont armés, convergent vers l’auberge de Joseph Bonacina, située au coin des rues Notre-Dame et Saint-Jacques. L’assemblée débute à 14 h; douze résolutions sont adoptées. Durant le discours du député Édouard-Étienne Rodier, des voyous qui épient la réunion par une clôture adressent des insultes aux Fils de la Liberté et leur expédient des projectiles. À 16 h, la réunion se termine. Lorsque les Fils de la Liberté quittent les lieux, une pluie de pierre s’abat sur eux. L‘émeute éclate. Les membres du Doric Club quittent la place d’Armes pour affronter les Fils de la Liberté. Des maisons sont attaquées dont celle de Papineau. Les bureaux du journal patriote anglophone The Vindicator sont saccagés. Le journaliste Thomas Storrow Brown, collaborateur du Vindicator et auteur d’une «Adresse des Fils de la liberté de Montréal aux jeunes gens des colonies de l’Amérique du Nord» le 4 octobre précédent, est sournoisement attaqué et grièvement blessé à un oeuil. Amédée Papineau commente l’événement dans ses mémoires : «C’est ainsi que les loyaux sont braves : lorsqu’ils sont dix contre un, ou qu’ils ont à leur queue, et le plus souvent à leur tête, les troupes de Sa Majesté»!

     Cette violence montre que les Patriotes, parti de la majorité, peuvent agir de manière collective pour revendiquer en pleine ville de Montréal, alors le bastion de la Montreal Constitutionnal Association et du Doric Club, deux groupes opposés aux Patriotes. Dans la semaine qui suit, des mandats d’arrestation sont émis contre plusieurs Fils de la Liberté par le gouvernement colonial.  La chasse aux sorcières ciblant les Patriotes débute…

#######