Archive pour la ‘Au XXe siècle’ Catégorie

Galilée devant le Saint-Office au VaticanPhoto anonyme d’une peinture de Joseph-Nicolas Robert-Fleury datant de 1847 et conservée au Musée du LouvresSource : Wikimedia Commons

     L’astronome Galilée, Galileo Galilei de son nom italien, est jugé pour hérésie en 1633 malgré un argumentaire scientifique exact. Ses écrits démontrent que la Terre tourne sur elle-même et qu’elle n’est pas le centre de l’univers. Pourtant, pour éviter la condamnation à mort, l’Inquisition le force à renonçer publiquement à ses opinions et à ne plus discuter de ses théories héliocentriques. Ses écrits et ceux de Nicolas Copernic sont désormais interdits !

     Galilée est condamné à la prison à vie pour avoir réfuté la doctrine voulant qu’il est contraire à la Bible que la Terre tourne autour du Soleil. Le 31 octobre 1992, le Vatican, par la bouche du pape Jean-Paul II, réhabilite Galileo Galilée en arguant qu’une «tragique incompréhension» avait marqué son procès.

     Jean-Paul II prononce alors un discours devant l’Académie pontificale des sciences. L’affaire Galilée était à l’étude au Vatican depuis l’institution d’une commission d’enquête en 1981.  Ce texte réconcilie la position de l’Église catholique avec les découvertes de Galilée.

#####

«Les Canadiens de Montréal»Photo anonyme (1942)Source : Wikimedia Commons

     C’est avec les Canadiens de Montréal que Maurice Richard s’impose par ses talents de marqueur.  Le 8 novembre 1942, il compte son premier but dans la Ligue nationale de hockey.  C’est le début d’une longue série qui feront de Richard un héros québécois hors du commun.  Pourtant, à ses débuts, il est souvent critiqué : il est même qualifié de «citron» lorsque sa carrière est ralentie par les blessures.  Et pourtant…Maurice Richard devient finalement le premier joueur de hockey à marquer 50 buts en 50 parties et à compter 500 buts dans la LNH.

   Surnommé le «Rocket» en raison de sa rapidité fulgurante, Richard laisse aussi sa marque en raison de son tempérament impulsif et de ses exploits hors du commun. Au début de sa carrière dans le hockey mineur, toutes les équipes de hockey du parc LaFontaine à Montréal veulent l’aligner dans leur formation.  Richard joue pratiquement à tous les jours avec différentes équipes, alternant les surnoms et les patronymes pour contourner les règlements. En 1937, il amorce son passage dans le hockey junior avant de signer un contrat dans la ligue senior en 1941.

     En 1942, les événements se précipitent.  Maurice est embauché comme machiniste aux Ateliers Angus.  Puis, en septembre, il se marie avec Lucille Porchet, quelques jours après avoir signé son premier contrat professionnel comme joueur de hockey. Sa première saison est difficile : il se brise la cheville dès la fin décembre 1942 et plusieurs critiques se questionnent sur sa capacité à poursuivre une carrière dans la LNH. Qu’à cela ne tienne, Maurice revient au jeu la saison suivante avec un nouveau chandail arborant le numéro 9.  La suite fait partie de la légende du hockey…En 1999, la LNH immortalise finalement sa mémoire en acceptant le don d’un trophée remis annuellement au meilleur buteur de la ligue.

#######

Extrait du journal maintenu à UCLA décrivant la transmission du premier message sous le contrôle de Charles S. Kline

     En 1958, le gouvernement américain crée une agence chargée des projets de recherche en matière de défense militaire. Cette agence est nommée DARPA pour «Defense Advanced Research Projects Agency». La DARPA est à l’origine du premier réseau informatique, précurseur de l’Internet. En 1966, ce réseau est lancé entre certaines universités américaines et prend le nom d’Arpanet.

     Le 29 octobre 1969, le premier lien entre ordinateurs est réalisé sur l’Arpanet. Étudiant en programmation, Charles S. Kline envoie un premier message très simple: «LOGIN». Un bogue survient: uniquement les lettres L et O sont transmises puis le système cesse de fonctionner !

     Le réseau compte quatre universités au départ. Le nombre de centres reliés monte à 23 en 1971 et à 111 en 1977.  En 1975, l’Arpanet est déclaré fonctionnel. Le protocole utilisé est le IMP développé par la DARPA. Ce protocole est éventuellement remplacé par les protocoles TCP/IP durant les années 1980. L’Arpanet cesse d’être soutenu par les autorités américaines en 1990 qui favorisent alors le développement du réseau Internet.

#######