9 janvier 1973

La GRC vole la liste des membres du Parti Québécois

« 9 janvier 1973 : Vol de la liste de membres du Parti Québécois par la GRC »

Illustration : L’Autre 150e (2017)

Source : Collectif, « L’Autre 150e » dans Facebook, https://www.facebook.com/autre150e/. (Page consultée le 9 janvier 2017).

     En octobre 1977, Francis Fox, le solliciteur général du Canada, révèle que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a mené illégalement une opération visant le Parti Québécois (PQ) durant la nuit du 8 au 9 janvier 1973. C’est le Service de sécurité de la GRC qui a procédé  à ces gestes criminels. L’objectif était de voler les listes des membres du PQ afin de les reproduire.

     L’Opération Ham est lancée avec l’appui des autorités politiques canadiennes. Pas moins de 44 policiers ont préparé et planifié ce vol. À minuit et quart, le 9 janvier 1973, trois membres de la GRC pénètrent par effraction dans les locaux montréalais de Messageries Dynamiques, une compagnie de distribution de journaux et de magazines. Après de longues recherches, ils mettent la main sur la liste des membres du PQ, la reproduise et puis la remette en place sans être vue.

         Le mouvement souverainiste est d’ailleurs sous surveillance policière depuis quelques années. Dans un témoignage rendu devant la Commission d’enquête sur certaines activités de la Gendarmerie royale du Canada ou Commission McDonald, John Starnes, chef du Service de sécurité, déclare que l’espionnage politique des mouvements nationalistes au Québec émane d’une requête du cabinet Trudeau datant du 19 décembre 1969.