8 septembre 1760

Capitulation de Montréal

La Capitulation de Montréal en 1760. Anonyme (1800) Source : Musée virtuel du Canada

La Capitulation de Montréal en 1760

Reproduction d’un tableau anonyme de 1800 (s.d.)

Source : Musée virtuel du Canada

     La capitulation de Montréal en 1760 est un événement important du déclin et de la fin du Régime français en Amérique. La chute de la Nouvelle-France survient durant la guerre de Sept Ans en Europe. La guerre de la Conquête aussi appelée « French and Indian War » par les Américians est un épisode de ce conflit mondial. En Amérique du Nord, les troupes britanniques sont nettement supérieures en nombre. Elles s’adaptent également plus rapidement aux réalités locales. Certains historiens parlent d’une guerre perdue à l’avance pour la France.

     Après la prise de Québec en 1759 et la victoire des Français à Sainte-Foy, les renforts que reçoit l’armée anglaise en 1760 viennent sceller l’issue du conflit. Le maréchal François de Lévis estime les forces anglaises à près de trente mille hommes lorsque débute le siège de Montréal. Les Français disposent de moins de deux mille hommes. Rapidement, le gouverneur Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnal constate qu’il doit se rendre. Pour éviter le massacre des civils et la destruction de Montréal, Vaudreuil accepte les conditions négociées avec le major général Jeffery Amherst.

     Le 8 septembre 1760, Montréal capitule. Les Anglais garantissent la sécurité des habitants mais refusent les honneurs de la guerre aux troupes françaises. Lévis refuse ces conditions et brûle ses drapeaux. Le lendemain, ses soldats rendent leurs armes. La Nouvelle-France est chose du passé et le Régime militaire débute.

Par François Droüin; version révisée le 26 novembre 2018.

#######