29 décembre 1170

Assassinat de Thomas Becket

Le meurtre de Thomas Becket Enluminure médiévale anonyme (ca1200)

«Le meurtre de Thomas Becket»

Photo anonyme d’une enluminure médiévale anonyme datant d’environ 1200 (s.d.)

Source : Wikimedia Commons

     Thomas Becket est archevêque de Cantorbéry lorsqu’il est assassiné au pied de l’autel de sa cathédrale le 29 décembre 1170. Originaire de la Normandie, Becket provient d’une famille aisée. Il accède très jeune au poste d’archidiacre de Cantorbéry. Ses talents d’administrateur incitent le roi Henri II à le nommer chancelier d’Angleterre puis archevêque de Cantorbéry.

     Dans cette nouvelle tâche, il devient un ennemi politique du roi en s’opposant à la levée de taxes sur les terres de l’Église. Il s’oppose aussi à la soumission des ecclésiastiques à la juridiction royale. Lorsque les Constitutions de Clarendon placent l’Église anglaise sous l’autorité du trône, Becket se réfugie alors en France. Mais il consent, après un exil de six ans, à revenir à Cantorbéry.

     Quatre chevaliers anglais prétextent accomplir la volonté du roi lorsqu’ils frappent Becket de leurs épées. La réaction publique est immédiate. Pour garder l’appui de son peuple, le roi abroge les Constitutions de Clarendon et fait amende honorable sur la tombe de Thomas Becket. En 1173, Becket est canonisé et sa sépulture devient un lieu de pèlerinage aussi important que Compostelle.

Par François Droüin; version révisée le 29 décembre 2020.

#######