25 janvier 1979

Dépôt du rapport Pépin-Robarts

« John Robarts et Jean-Luc Pépin »

Photo anonyme (vers 1977)

Source : http://ephemeridesalcide.com/sep/05.html

Après l’élection du Parti Québécois au Québec en 1976, le gouvernement fédéral met sur pied la Commission sur l’unité canadienne. Cette commission est présidée par l’ex-ministre Jean-Luc Pépin et par l’ancien premier ministre de l’Ontario John Robarts. Son mandat consiste à trouver des solutions pour renforcer l’unité canadienne. Le 25 janvier 1979, la Commission Pépin-Robarts remet son rapport.

Le rapport est intitulé Se retrouver. Observations et recommandations. Il recommande l’autonomie de chaque province dans le traitement des droits linguistiques des minorités. Cette approche est différente de la vision du bilinguisme pan-canadien prôné par le gouvernement Trudeau. De plus, le rapport Pépin-Robarts propose des réformes au système électoral avec une suppression du Sénat ainsi qu’une réforme de la Cour suprême du Canada.

Dès le lendemain, Pierre Trudeau rejette les conclusions du rapport qui ne concorde à la vision multiculturelle du Canada qu’il veut imposer. Le rapport Pépin-Robarts prône une réduction des pouvoirs du fédéral pour accorder une plus grande autonomie aux provinces. Cette vision d’un fédéralisme équilibré contraste avec l’approche centralisatrice du gouvernement fédéral canadien.

Par François Droüin; version révisée le 25 janvier 2020.

######