22 janvier 1813

Bataille de Frenchtown

« Movements at Frenchtown »

Dessin publié dans Benson John Lossing, The Pictorial Field-Book of the War of 1812… : New York, Harper & Brothers Publishers, 1868, p.358

Le 18 janvier 1813, James Winchester dirige une troupe de soldats réguliers américains et de miliciens du Kentucky. Il expulse les Britanniques qui occupent Frenchtown, dans l’actuel territoire du Michigan. Quatre jours plus tard, le 22 janvier, ceux-ci ripostent. En provenance du fort Amherstburgh, de l’autre côté de la rivière Détroit, le colonel Henry Procter contre-attaque à la tête d’une force composée de soldats réguliers, de miliciens, de membres de la marine du Haut-Canada et de plus de 600 guerriers amérindiens dirigés les chefs wyandots Roundhead et Walk-in-the-Water. Procter dispose ainsi d’une force de plus de 1 200 hommes.

Mal préparés, les Américains sont pris par surprise. Ils subissent de lourdes pertes : 397 sont tués et 547 sont faits prisonniers. Le lendemain, les blessés américains incapables de se déplacer sont massacrés par les guerriers amérindiens enivrés, alors que Procter bas en retraite vers sa base à Amerhstburg. Selon les sources, entre 30 et 100 prisonniers blessés sont ainsi tués dans ce qui est connu comme le River Raisin Massacre, du nom de la rivière Raisin, un affluent de la rivière Détroit, à proximité de Frenchtown.

Ce massacre a un grand retentissement aux États-Unis, plus particulièrement auprès des milices du Kentucky. Cet événement est ainsi à l’origine du cri de guerre Remember the Raisin qu’adopte ces volontaires. Il explique aussi leur attitude sanguinaire dans leur combat futur, particulièrement dans les affrontements contre Tecumseh et ses hommes.

Par François Droüin, version révisée le 20 janvier 2020.

#######