2 mars 1914

Création du ministère de la Voirie du Québec

« Joseph-Adolphe Tessier »

Photo anonyme (s.d.)

Source : Assemblée nationale du Québec

     La croissance des déplacements en automobile caractérise le transport en Amérique du Nord durant les premières décennies du XXsiècle. Le développement du réseau routier au Québec force la création d’un ministère de la Voirie par le gouvernement libéral dirigé par Lomer Gouin. Cette compétence relève d’abord du ministère de l’Agriculture, mais le département de la Voirie en est détaché pour devenir un ministère autonome le 2 mars 1914. Le premier titulaire du poste de ministre de la Voirie est Joseph-Adolphe Tessier, poste qu’il occupe jusqu’en septembre 1921.

     Dans le premier rapport de son ministère, J.-A. Tessier dresse un bilan des travaux exécutés sur les routes du Québec. Il traite des chemins de terres, des chemins gravelés et du macadamisage. Une attention particulière est donnée aux travaux sur la route Montréal-Québec amorcée en 1913 et devant être complétée en 1915. D’autres travaux routiers sont aussi mentionnés soit ceux sur les routes Sherbrooke-Derby, Édouard VII et Lévis-Jackman. Enfin, le ministre Tessier souligne la formation en construction de macadam donnée à Acton Vale.

     Dans les années qui suivent, les dépenses du ministère de la Voirie occupent une part importante du budget du Québec. L’entretien d’hiver va débuter plus tard, en 1929, et s’étendra à l’ensemble du Québec seulement en 1949. En fait, les premières années de la Voirie voient d’abord l’organisation de base de la circulation automobile se développer. C’est à partir des années 1950 que le ministère devient aussi un agent de développement économique du territoire québécois.

Par François Droüin; version révisée le 2 mars 2019.

#######