18 septembre 1759

Capitulation de Québec

25830634943_cc62287154_o

« Vue de la maison de l’évêque et des ruines, à partir de la côte à gravir pour passer de la Basse-Ville à la Haute-Ville »

Reproduction d’un dessin de Richard Short fait en 1760 et gravé en 1761 (s.d.)

Source : Bibliothèque et Archives Canada

     Le montréalais  Jean-Baptiste-Nicolas-Roch de Ramezay est lieutenant du roi en 1759. Au début du siège de Québec, il est responsable de la défense de la Haute-Ville. Il a sous ses ordres 700 soldats, quelques canonniers et des miliciens issus de la bourgeoisie locale. Malade, il doit être hospitalisé à l’Hôpital Général de Québec au milieu d’août. C’est là qu’il se trouve lorsque la bataille des plaines d’Abraham a lieu le 13 septembre. Après la défaite française, le marquis Louis-Joseph de Montcalm mourant, Ramezay revient dans la ville pour prendre le commandement des troupes françaises. Il participe au conseil de guerre le 13 au soir. La retraite de l’armée française vers le fort Jacques-Cartier est voté mais Ramezay reçoit l’ordre de tenir la ville aussi longtemps que possible sans avoir à soutenir une attaque.

     Le lendemain Ramezay passe ses troupes en revue : il dispose de 2 200 hommes et de rations pour environ huit jours. Il reçoit le 15 septembre une « Requeste des Bourgeois de Québec » lui demandant de capituler honorablement pour éviter de nouveaux bombardements sur la ville. Il convoque un nouveau conseil de guerre avec les officiers restés à Québec. Treize sur quatorze se prononcent en faveur de la capitulation. Vers 15 heures, le 17 septembre 1759, Ramezay fait hisser le drapeau blanc et négocie les termes de la capitulation avec l’amiral Charles Saunders et le général George Townshend. À 23 heures, Ramezay accepte la capitulation de Québec, ne tenant pas compte d’un nouvel ordre qu’il reçoit du gouverneur Pierre de Rigaud de Vaudreuil de Cavagnal qui l’enjoint de tenir bon à Québec jusqu’à l’arrivée des renforts.

    La capitulation de Québec continent onze articles. Les deux premiers articles stipulent que la garnison française reçoit les honneurs de la guerre et que les habitants de Québec peuvent conserver leurs maisons. D’autres articles précisent que le pardon est accordé aux miliciens, que les maisons vacantes ne doivent pas être pillées, que les habitants de Québec ne seront pas déportés et que le catholicisme sera toléré. On trouve aussi des articles sur l’inventaire des armes, sur les blessés et sur les modalités de la reddition. Le 18 septembre 1759, au matin, la capitulation de Québec est signée.

Par François Droüin; version révisée le 2 décembre 2018.

#######