17 septembre 1862

Bataille d’Antietam

Bloody Lane Photo : Alexander Gardner (1862) Source : Librairie du Congrés

Bloody Lane

Photo : Alexander Gardner (1862)

Source : Librairie du Congrès

     La guerre de Sécession débute en 1861. L’année suivante, Jefferson Davis, le président des États confédérés d’Amérique, est d’avis que les combats doivent s’étendre sur le territoire de l’Union. Le général Robert Lee, commandant de l’armée de Virginie du Nord, envahit alors le Maryland en septembre 1862. Ses objectifs sont de ravitailler son armée, d’influencer les élections à venir en novembre, de pousser les combats jusqu’en Pennsylvanie et de libérer le Maryland, un état membre de l’Union mais habité par un grand nombre d’esclavagistes.

     Le 15 septembre, les troupes sudistes fortes de 45 000 hommes sont installées aux abords de la rivière Antietam, près de Sharpsburg au Maryland. Les 87 000 soldats de l’armée américaine dirigée par le général George McLellan leur font face afin de les repousser au sud, vers la Virginie.  Le combat débute à l’aube du 17 septembre 1862 et dure plus de douze heures.  C’est l’affrontement le plus meurtrier de l’histoire américaine avec près de 23 000 victimes.

     À l’issue de la bataille, chacun a maintenu sa position. Le lendemain, le drapeau blanc est hissé et les morts sont enterrés.  Le général Lee constate l’ampleur du carnage et doit sonner la retraite. Son armée se retire de l’autre côté du Potomac.  Fort de cette victoire, Abraham Lincoln en profite pour rendre public la Proclamation d’émancipation des esclaves transformant la guerre civile américaine en un combat pour la liberté.

Lincoln and generals at Antietam Photo : Alexander Gardner (1862)

Lincoln and generals at Antietam

Photo : Alexander Gardner (1862)

Source : Librairie du Congrès

Par François Droüin; version révisée le 1er décembre 2018.

#######