Archive pour la ‘Au XIVe siècle’ Catégorie

Bataille de PoitiersPeinture d’Eugène Delacroix datant de 1830 et photographiée parMartine Beck-Coppola (2011)Source : Musée du Louvre

     Après son mariage avec Henri Plantagenêt, Aliénor d’Aquitaine est sacrée reine d’Angleterre en 1154. De suite, une partie du royaume de France devient anglais. Cette dualité aboutit au XIVᵉ siècle en un conflit entre les deux pays lorsque le roi Edouard III d’Angleterre réclame la couronne de France au détriment de Philippe de Valois. Il s’ensuit une période trouble de confrontations entre la France et l’Angleterre, entre la dynastie des Valois et la dynastie des Plantagenêt. Ces affrontements sont connus sous le nom de guerre de Cent ans.

     En septembre 1355, Edouard de Woodstock, prince de Galles, débarque à Bordeaux avec ses troupes estimées entre 6 000 et 11 000 hommes selon les sources. Surnommé le Prince noir en raison de son armure particulière, il se lance dans une chevauchée à travers la France. Les Anglais pillent alors tous sur leur passage. Pour défendre son royaume, le roi Jean le Bon réunit des états généraux en décembre 1355. À cette occasion, il réussit à obtenir les subsides nécessaires à la levée d’une armée pour affronter celle du Prince noir.

     Le 19 septembre 1356, la bataille est engagée sur le plateau de Maupertuis, près de Poitiers. La suite est un désastre pour les troupes françaises. Malgré une supériorité numérique, l’armée française est décimée et le roi Jean est fait prisonnier. La chevalerie française en sort affaiblie et le pays doit payer une forte rançon pour son roi. Seul point de consolation pour les Français, le traité de Bretigny qui règle la question de la captivité de Jean le Bon à Bordeaux reconnaît la légitimité de ce dernier comme monarque de France.

#######

Sir William WallaceSculpture sur bronze d’Alexander Carrick dévoilée en 1929Photo : Kjetil Bjørnsrud, 2005Source : Wikimedia Commons

     La prétention du roi d’Angleterre, Édouard Iᵉᴿ, de traiter l’Écosse en état vassal suscite la colère. William Wallace est un des leaders de la rébellion. Commandant les troupes écossaises en compagnie d’Andrew de Moray, il remporte une victoire éclatante sur les Anglais lors de la bataille de Stirling Bridge en septembre 1297. Proclamé «Gardien de l’Écosse», Wallace subit la défaite l’année suivante et doit se réfugier en France.

     De retour en Écosse en 1303, il refuse la soumission de son pays négociée par John III Comyn. Menant une vie de hors-la-loi, Wallace est capturé près de Glasgow en août 1305. Traduit en justice à Londres, il nie la trahison dont on l’accuse en proclamant n’avoir jamais prêté serment à l’Angleterre. Il est exécuté le 23 août 1305.

     La mort de Wallace est atroce. Pendu, éventré et décapité, William Wallace est démembré et son corps est exposé aux quatre coins de l’Écosse et de l’Angleterre. Le roi Édouard croit ainsi mater l’esprit de liberté des Écossais. L’inverse se produit, William Wallace devient une figure légendaire et un héros de l’indépendance de sa nation.

#######