3 mars 1967

Dernière livraison de L’Événement-Journal

Hon. Hector Fabre, (Senator) b. Aug. 9, 1834 – d. Sept. 2, 1910 

Photo : Studio Topley (1879)

Source : Bibliothèque et Archives nationales du Canada

     Le quotidien L’Événement est fondé en 1867 par Hector Fabre. Ce journal est publié dans la ville de Québec durant un siècle. Fabre dirige cet influent journal jusqu’en 1883, un an après sa nomination comme le premier représentant officiel du Québec en France. Fait surprenant, de 1909 à 1921, la gérance de L’Événement est confiée à Émilienne Larocque, veuve de l’imprimeur Honoré Chassé. Elle devient ainsi une des premières patronnes de presse au pays. En 1936, L’Événement est acheté par Jacob Nicol, également propriétaire du journal Le Soleil. Puis, en 1938, L’Événement fusionne avec Le Journal et devient L’Événement-Journal.

     L’Événement-Journal est un journal sérieux et bien écrit. Publié le matin, c’est le journal de l’élite locale. Premiers ministres, archevêques, hauts fonctionnaires et hommes d’affaires influents lisent L’Événement-Journal. Mais le 3 mars 1967, ces lecteurs sont orphelins. Le dernier numéro est publié. Dans L’Action, Jean-Charles Bonenfant parle de « la mort d’une institution ».

      Véritable école du journalisme, L’Événement-Journal va faire place à une presse plus populaire. Alors que plusieurs périodiques pleurent la disparition de leur éminent confrère, Pierre Péladeau est déjà dans la capitale pour lancer Le Journal de Québec. Pour expliquer sa fermeture, Georges-Henri Dagneau montre que le tirage n’est pas en cause. Il soutient que c’est plutôt la difficulté de faire un journal d’une si grande qualité.

Par François Droüin; version révisée le 3 mars 2019.

#######