29 février 1896

Saisie d’alcool à la Trappe d’Oka

L'inauguration de l'École d'agriculture d'Oka Photo anonyme parue dans Le Monde illustré (1896) Source : BANQ
L’inauguration de l’École d’agriculture d’Oka
Photo anonyme parue dans
Le Monde illustré (1896)
Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec

     Les archives de l’abbaye Notre-Dame-du-Lac rapporte un événement bien particulier en date du 29 février 1896. Cette journée-là, un fonctionnaire du gouvernement québécois se rend à la Trappe d’Oka pour y saisir un alambic et de l’alcool fabriqué à partir de la lie du vin. Cette pratique contrevient aux lois en vigueur au Québec : les cisterciens sont ensuite condamnés à payer une amende de 500 $ et l’affaire fait la manchette des journaux jusqu’à New York. Imaginez la stupeur de la population : les moines d’Oka fabriquent de l’alcool illégalement !

     Le Courrier du Canada, un journal ultramontain de Québec, se charge de défendre la réputation des moines : il s’agit en fait d’un alambic domestique monté par deux immigrants français experts en oenologie pour préparer de l’alcool pour la pharmacie du monastère.  Une mauvaise langue a dénoncé cette situation et c’est un jeu d’enfant pour l’inspecteur de saisir cet alambic qui est visible aux yeux des visiteurs.  L’alcool fabriqué au monastère d’Oka est destiné à un usage médicinal…

     L’anecdote reste surprenante.  Rappelons que cette abbaye est d’abord et avant tout un monastère cistercien de la stricte observance. Il est fondé à la fin du XIXe siècle sous le vocable de Notre-Dame-du-Lac par des trappistes de Bellefontaine expulsés de France en raison de mesures législatives opposées au catholicisme. En 1893, le gouvernement du Québec demande même aux pères d’y fonder l’École d’agriculture d’Oka, une institution qui sera affiliée à l’Université de Montréal. Drôle d’endroit pour y vivre une saisie d’alcool illégal !!

Par François Droüin; version révisée le 24 février 2020

#######