17 septembre 1904

Joseph-Elzéar Bernier débute son exploration de l’Arctique

5845

Expédition boréale canadienne

Photo anonyme d’une coupure de presse de 1904 (s.d.)

Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec

     Dès l’âge de 17 ans, J.-E. Bernier est capitaine d’un navire qui sillonne le Saint-Laurent et l’Atlantique Nord. À partir de 1895, il commence à échafauder des projets de navigation dans les zones nordiques. Cette époque est caractérisée par l’absence d’une présence gouvernementale dans le Nord. Comme conséquence : l’océan Arctique est libre d’accès et libre d’action de tous les étrangers.  Le capitaine Bernier fait alors la promotion de l’exploration des régions arctiques auprès du grand public, auprès des sociétés savantes et auprès des gouvernements. Ses premières demandes d’assistance auprès du gouvernement du Canada sont rejetées; mais, après l’intrusion des plusieurs baleiniers américains dans les eaux arctiques canadiennes, le gouvernement fédéral lui accorde le financement nécessaire à une première expédition d’exploration.

     En 1904, J.-E. Bernier achète le Gauss, un brigantin allemand construit à Kiel. Le voilier est rebaptisé Artic. C’est à bord de ce navire gouvernemental qu’il dirige des expéditions vers l’Arctique de 1904 à 1911. Il collecte alors des droits de douane aux chasseurs et aux commerçants qui sillonnent ces eaux. En 1909, sur l’île Melville, Bernier appose une plaque à Parry’s Rock afin de revendiquer la souveraineté du Canada sur l’archipel Arctique.

     Tout débute le 17 septembre 1904, vers une heure de l’après-midi; une foule importante est rassemblée sur les quais de Québec. Le capitaine Bernier quitte la capitale à ce moment pour son premier périple dans les eaux glaciales du Nord.  Le voyage doit durer trois ans : sur le quai du Roi, une fanfare joue des airs patriotiques. Bernier est maître d’équipage et l’expédition est commandée par le major John Douglas Moodie, un membre expérimenté de la police du Nord-Ouest. Le départ s’est presque fait sans Bernier, pourtant l’âme du projet. Humilié de ne pas commander l’expédition qu’il avait si longtemps souhaité, il refuse d’abord d’en faire partie. Finalement, ravalant son orgueil, le capitaine Joseph-Elzéar Bernier accepte de prendre charge de la navigation et de la sécurité de l’Arctic dans cette aventure extraordinaire.

Par François Droüin; version révisée le 1er décembre 2018.

#######