15 août 1881

Première fête nationale des Acadiens

L'Assomption Détail d'une oeuvre sur soie de Guido Reni datée de 1642 et photographié par Brian J. McMorrow (2006) Source : Wikimedia Commons

L’Assomption

Détail d’une oeuvre sur soie de Guido Reni datée de 1642 et photographiée parBrian J. McMorrow (2006)

Source : Wikimedia Commons

     Le fait saillant de la Convention de Memramcook en 1881 est le choix du jour de la fête nationale des Acadiens.  Des discussions animées opposent alors deux groupes sur la date à retenir.  Certains prônent le 24 juin, jour de la Saint-Jean-Baptiste, afin de stimuler le lien entre tous les Canadiens français face à la majorité anglophone du Canada. On espère ainsi resserrer les liens entre l’Acadie et le Québec.  Une majorité des délégués, à l’instar de l’abbé Marcel-François Richard, soutiennent cependant que les Acadiens ont une identité nationale qui leur est propre. La Convention adopte finalement la date du 15 août, jour de la fête de l’Assomption.

     La première convention nationale des Acadiens attire plus de 5 000 personnes à Memramcook en 1881.  Plusieurs discussions s’y déroulent pour mieux définir ce qu’est un Acadien.  Les délégués se positionnent pour affirmer leur identité nationale, en réaction à celle plus large de Canadiens français.  En fait, seulement quelques centaines de personnes participent directement aux délibérations organisées autour de cinq commissions. Les thèmes abordés sont la fête nationale, l’éducation, l’immigration et l’agriculture et le rôle de la presse.

     Le choix du patronage de Notre-Dame de l’Assomption s’explique par l’histoire. Le peuple acadien se place sous la protection de la Vierge car, à l’époque de la fondation de l’Acadie, la France est consacrée à Marie sous le règne de Louis XIII. D’autres symboles de l’Acadie seront ensuite retenus.  En 1884, lors de la Convention de Miscouche, le drapeau acadien est adopté et l’Ave Maris Stella devient l’hymne national.  En 1994, une version en français inspirée de ce chant en latin est chantée lors du premier Congrès mondial acadien.

Par François Droüin; version révisée le 9 octobre 2018.

#######