Archive pour la ‘Nouvelle-France’ Catégorie

Samuel de ChamplainPhoto anonyme d’un portrait de Théophile Hameld’après une gravure de Balthazar Montcornet datant d’environ 1865 etreprésentant Michel Particelli d’Émery  (s.d.)Source : Collection de la Chambre des Communes, BAC

    Parti d’Honfleur en avril 1608, le Don de Dieu dirigé par Samuel de Champlain accoste à Tadoussac le 3 juin suivant.

    Champlain remonte ensuite en barque la «Grande rivière de Canada» pour arriver à la pointe de Québec le 3 juillet 1608.

    L’explorateur décrit ainsi son arrivée : «J’employai une partie de nos ouvriers à abattre Des arbres pour y faire nostre habitation, l’autre à scier des aix, l’autre fouiller la cave & faire des fossez». Québec débute son histoire…

#######

Quebec And Its Environs, with the Operations of the Siege Reproduction d’un plan anonyme dressé par ordre de l’amiral Charles Saunders et publié en 1810 chez Rd. Philips à Londres (s.d.) Source : BAC-C14523

     La guerre de la Conquête débute en 1754.  La France et la Grande-Bretagne se disputent alors le contrôle des colonies de l’Amérique du Nord.

     Sous le leadership de William Pitt, les Anglais expédient en 1759 une flotte imposante pour s’emparer de Québec. Près de 50 navires de guerre transportant 13 500 membres d’équipages sont accompagnées par 119 vaisseaux marchands avec à leur bord 4 500 marins et 8 500 soldats réguliers.

     Le 26 juin 1759, l’armada atteint l’île d’Orléans et débute le siège.  Québec sera bombardée durant tout l’été jusqu’au 13 septembre, date de la bataille des Plaines d’Abraham. Le siège de Québec se conclut par la chute de la capitale et, éventuellement, de la Nouvelle-France.

#######

«Officier portant les couleurs du régiment de Carignan-Salières, 1665» Reproduction d’une gravure du fonds Théophile Éthier (1934) Source : BANQ

 

      Au milieu du XVIIᵉ siècle, les raids amérindiens sur Ville-Marie et sur plusieurs autres établissements de la Nouvelle-France compromettent le développement de la colonie. La force militaire entretenue par la Compagnie des Cent-Associés est insuffisante pour faire face aux attaques iroquoises. Avec l’instauration du gouvernement royal en 1663, une plus grande stabilité devient possible. L’année suivante, le roi ordonne l’envoi du régiment de Carigan-Salières en Nouvelle-France.

     Ce régiment résulte de la fusion du régiment d’Emmanuel-Philibert de Savoie, prince de Carignan, avec le régiment de Salières. Le régiment de Carignan-Salières est commandé par le marquis Henri de Chastelard de Salières. Ces soldats quitte Marsal en Lorraine, traverse la France à pieds et s’embarquent à La Rochelle en direction de la Nouvelle-France. Environ 1 100 hommes vont faire la traversée sur sept navires. Le premier contingent arrive à Québec le 19 juin 1665 et le dernier, le 14 septembre. Leur commandant à Québec est Alexandre Prouville de Traçy.

     Leur traversée de l’Atlantique se fait sans trop de problème. Jean Talon précise que «Les troupes destinées pour l’expédition contre les Iroquois sont passées assez heureusement et avec perte de peu de soldats. Il n’en est pas tout à fait de même des munitions de guerre et de bouche que la mer a altérées, mais il sera fait un supplément aux uns par ce qui se trouvera dans le pays et aux autres par l’economie autant que par le travail de quelques ouvriers qui pourront fournir quelque chose de leur industrie».

#######