Archive pour la ‘Non classé’ Catégorie

«Discours radiophonique de Maurice Duplessis» Photo anonyme (vers 1948) Source : Archives de Radio-Canada

     Le 8 août 1944, l’Union Nationale dirigée par Maurice Duplessis remporte les élections et reprend le pouvoir perdu en 1939. L’UN fait élire 48 députés contre 37 pour le Parti libéral, 4 pour le Bloc populaire et un pour la Fédération du Commonwealth coopératif ; il y a aussi un député indépendant. Même si les libéraux obtiennent 39,3% des voix et les unionistes 38%, la carte électorale favorise les troupes de Duplessis.

     Symbole du nationalisme canadien-français, Duplessis réussit à chasser du pouvoir Adélard Godbout dont la politique est jugée comme trop alignée sur celle d’Ottawa. Malgré d’importantes réformes, dont la création d’Hydro Québec, les libéraux de Godbout ne rallie pas suffisamment de partisans et perdent une partie de leur clientèle au profit du Bloc populaire.

     Le ressentiment québécois contre l’attitude centralisatrice à Ottawa est un facteur important de la défaite de Godbout. La Presse, le lendemain de l’élection, écrit : «M. Duplessis avait choisi l’autonomie provinciale comme principal cheval de bataille et le résultat a prouvé que c’était là une tactique habile. Le vainqueur a mérité son succès par l’ardeur qu’il a déployée tout au long de la campagne. L’hon. M. Godbout sort avec honneur du combat. Il a lutté avec un courage qui ne s’est pas démenti. Il s’incline devant la volonté du Québec et se déclare prêt à servir, comme avant et de son mieux, les meilleurs intérêts de la province».

#######

Armoiries de la Côte d’Ivoire 1964-2000Source : Wikimedia Commons

     Les Portugais fréquentent le littoral ivoirien dès la fin du XVᵉ siècle. Durant le siècle suivant, ils sont les seuls Européens à explorer cette région. Les Français commencent à s’y rendre au XVIIᵉ siècle. En 1843, la France établit des comptoirs sur ce territoire. La Côte d’Ivoire devient une colonie française à partir de 1893. La loyauté des Africains durant la Seconde Guerre mondiale pousse la France à donner un plus grand rôle aux autorités locales de ses colonies après la guerre. La loi-cadre de 1956 autorise ainsi le transfert de pouvoirs de Paris vers les territoires d’outre-mer. Cette législation est adoptée à l’initiative du ministre français Gaston Defferre et du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny.

     La Côte d’Ivoire fait alors partie de la Fédération de l’Afrique occidentale française. Le référendum du 28 septembre 1958 permet la création de la Communauté française. En décembre de cette même année, la Côte d’Ivoire devient une république autonome au sein de la Communauté.

     Plusieurs pays de la Communauté manifestent rapidement leur désir d’exercer tous les pouvoirs et toutes les compétences d’un état souverain. Plusieurs pays d’Afrique noire sont du nombre. De suite, le 7 août 1960, la Côte d’Ivoire proclame son indépendance.

#######

Birthplace of the WebPhoto : Robert Scoble (2008)Source : Wikimedia Commons

     En mars 1989, Tim Berners-Lee travaille pour le Conseil européen sur la recherche nucléaire (CERN). Il propose alors un système de gestion de l’information basé sur le concept de la mise en réseau des liens hypertextes afin de passer rapidement d’un texte à un autre. Il développe en 1990 un premier navigateur pour l’Internet en se basant sur l’architecture des ordinateurs NeXT.

     Aidé par l’ingénieur Robert Cailliau, Tim Berners-Lee formule ensuite les principales technologies du Web, à savoir : les adresses Web (URL), l’Hypertext Markup Language (HTML) et l’Hypertext Transfer Protocol (HTTP). Le 6 août 1991, le projet devient disponible au public.

   Ces travaux se poursuivent par la création du consortium W3C. Le Web connait ensuite une diffusion planétaire.

#######