Archive pour la ‘Non classé’ Catégorie

«Prise de Jérusalem en 1099» Reproduction d’une illustration médiévale anonyme (s.d.) Source : soutien67.free.fr

     En août 1095, le pape Urbain II convoque le Concile de Clermont. L’idée d’une croisade chrétienne pour délivrer la Terre sainte de la domination des «Infidèles» y est discutée. Pour clore le concile, le 27 novembre 1095, le pape lance un appel à la croisade mieux connu comme l’Appel de Clermont.

     Après un long périple à travers l’Europe, les croisés sont au portes de Jérusalem en 1099. Le siège de la ville débute le 7 juin 1099 et des machines de guerre sont construites par les croisés. La ville, tenue par les musulmans, tombe finalement aux mains des troupes chrétiennes le 15 juillet 1099. Le siège se termine par un bain de sang.

     Cet événement renouvelle les pèlerinages vers la Terre sainte, un mouvement qui se poursuit de nos jours.

#######

 

La Prise de la Bastille Reproduction anonyme d’une aquarelle datant de 1789 de Jean-Pierre Houël (s.d.) Source : BNF

 

     Le 14 juillet est célébré aujourd’hui en France comme fête nationale.  Cette date a été retenue en 1880 après un long débat.

     La prise de la Bastille est à l’origine de cette commémoration. Cet événement marquant de la Révolution française est l’aboutissement du Siècle des Lumières. En France, la crise financière de la fin du XVIIIᵉ siècle mène à la convocation des États généraux en 1788 puis de l’Assemblée constituante en 1789.

     Le 14 juillet 1789, des émeutiers parisiens prennent d’assaut et s’emparent de la forteresse. Le gouverneur de la prison avait refusé de fournir des armes à la population ce qui entraîne une milice spontanée à la révolte. Cette victoire du peuple marque l’effondrement de l’administration royale et devient un symbole de la Révolution française.

#######

EnregistrerEnregistrer

NASA and NOAA Announce Ozone Hole is a Double Record BreakerPhoto : Nasa (2006)Source : Wikimedia Commons

 

    C’est en 1985 que la découverte d’un trou dans la couche d’ozone, au-dessus de l’Antarctique, provoque la réflexion sur cette problématique environnementale. La même année, la convention de Vienne reconnaît officiellement l’effet néfaste des chlorofluorocarbures (CFC) sur la couche d’ozone. La principale préoccupation à ce moment est la protection de la Terre contre les rayons ultraviolets du Soleil.  Pour contrer le problème, les pays membres de la Communauté économique européenne et 24 autres pays, pour un total de 46 pays, signent le 16 septembre 1987 le protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone.

     Ce protocole entre en vigueur le 1ᵉʳjanvier 1989.  Il exige que les pays signataires ramènent leur consommation et leur production de CFC aux niveaux de 1986 dans les six mois suivants ; suivait une nouvelle réduction de 20% pour 1993 et de 50% de 1986 pour 1998. Le protocole énumère les substances, CFC et autres, qui endommagent la couche d’ozone.  Il est complété par une analyse des contrôles et des mesures à prendre pour résoudre le problème.

     Le protocole de Montréal a été amendé à plusieurs reprises par la suite soit à Londres en 1990, à Copenhague en 1992, à Montréal en 1997 et à Pékin en 1999. Ces amendements visent à préciser les modes d’élimination des produits affectant la couche d’ozone, à ajouter de nouveaux produits et à accélérer le calendrier de réduction des émanation. L’objectif est de mettre un terme à la production des CFC en 2010 et en 2040 pour les hydrochlorofluorocarbones (HCFC). L’objectif de 2010 a été atteint et celui sur les HCFC est en voie de se réaliser aussi.

#######