Archive pour la ‘Non classé’ Catégorie

«Discussions entre les représentants des deux Allemagnes lors de la conférence»Photo anonyme (1975)Source : Archives de la République fédérale d’Allemagne

     

      La Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe s’ouvre le 3 juillet 1973 à Helsinki en Finlande. Elle se poursuit ensuite à Genève du 18 septembre 1973 au 21 juillet 1975. L’Acte final est signé le 1er août 1975 à Helsinki.

     Trois sujets dominent les discussions: 1-l’inviolabilité des frontières européennes; 2-la coopération européenne entre le bloc communiste et le bloc capitaliste; 3-le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

      L’Acte final est en fait un procès-verbal accepté par 33 pays. Ce n’est pas un traité officiel mais le texte garde une très grande portée politique.  Leonid Brejnev laisse la presse soviétique en publier l’intégralité. Les intellectuels dissidents en URSS l’utiliseront ensuite pour réclamer la désintégration de l’Union Soviétique.

#######

Premières religieuses ursulines avec des étudiantes indiennes, à Québec Reproduction d’une aquarelle peinte vers 1931 par Lawrence R. Bachelor (s.d.) Source : BAC

     Les Ursulines sont une des communautés religieuses qui ont participé activement à la fondation de la Nouvelle-France. Elle oeuvre dans le domaine de l’éducation des jeunes filles, un charisme qui les distinguent depuis le concile de Trente. De plus, ce sont des religieuses cloîtrées.

     En 1639, Marie de l’Incarnation, Marie de Saint-Joseph et Cécile de Sainte-Croix quittent les Ursulines de Tours pour venir à Québec fonder un monastère et une école pour les jeunes amérindiennes. Leur mission est financée par madame Marie-Madeleine de Chauvigny de Gruel de La Peltrie qui les accompagne dans le Nouveau Monde. Elles arrivent à Québec le 1ᵉʳ août 1639.

     Elles sont accueillies par le gouverneur Charles Huault de Montmagny et logent d’abord à la Basse-Ville de Québec, dans une maison louée à la Compagnie des Cent-Associés. Elle se mettent immédiatement à la tâche d’apprendre les langues amérindiennes.  Un mois après leur arrivée, elles accueillent leurs premières pensionnaires autochtones et des externes françaises. Leur monastère de pierre, à la Haute-Ville, est complété en 1642.

#######

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

«Le LRV» Photo : David R. Scott (1971) Source : NASA

     

   La mission Appolo 15 est la première à transporter un véhicule bi-place d’exploration du sol lunaire. Le Lunar Rover Vehicule ou LRV est un appareil électrique spécialement conçu pour se déplacer sur la Lune. Cet engin a permis d’étendre le champ d’exploration des astronautes.

     Le LRV s’enfonce peu dans la poussière en se déplaçant. Il atteint 10km/h en trois longueurs mais son système de freinage perd de son efficacité au-dessus de 5 km/h. Le LRV a alors tendance à déraper lorsqu’on braque le volant. Le manque d’éclairage force d’ailleurs le conducteur à se déplacer lentement pour éviter les petits cratères de la Lune.

     Ce véhicule fait trois sorties. Il est utilisé un peu plus de trois heures sur une distance de 27,9 kilomètres. Le rapport de la mission mentionne que le LRV s’est avéré un engin efficace pour l’exploration lunaire, malgré quelques problèmes techniques mineurs. De plus, la caméra de télévision installée sur le LRV a permis de tourner d’excellents vidéos.

#######