Archive pour la ‘Au XXe siècle’ Catégorie

«Première affiche montrant l’ours Smokey luttant contre les feux de forêt»Photo anonyme d’une illustration de 1944 (s.d.)Source : PD-USGOV

     Le Service des forêts des États-Unis amorce ses campagnes préventives contre les feux de forêt bien avant la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, la conjoncture de la guerre force le «US Forest Service» à mieux structurer ses interventions. La main-d’oeuvre disponible pour lutter contre le feu reste limitée en raison de l’effort de guerre. De plus, l’armée japonaise tente à quelques reprises d’expédier des bombes pour allumer des incendies dans les forêts de la côte ouest américaine.

     Après avoir emprunté à Walt Disney l’image de Bambi pour les campagnes de prévention, le gouvernement américain décide de créer son propre symbole. Un ours est choisi.  Son nom, «Smokey», évoque le souvenir de Smokey Joe Martin, un pompier de New York ayant posé des gestes héroïques lors d’un incendie en 1922.

     Rudy Wendelin, un artiste à l’emploi du service des forêts, devient responsable de l’image de Smokey Bear. En 1947, le slogan «Remember … only YOU can prevent forest fires» est associé à la campagne.

#######

Richard M. Nixon Photo anonyme (vers 1973) Source : White House Photo Office

     Avocat brillant et vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Richard Nixon s’intéresse tôt à la politique. Sénateur républicain puis vice-président des États-Unis sous Dwight D. Eisenhower, Nixon est battu de justesse par John F. Kennedy lors de l’élection présidentielle de 1960. Il devient, en 1968, le 37e président des États-Unis. En 1972, il est réélu par une très forte majorité.

     Peu après l’élection, les journalistes Bob Woodward et Carl Bernstein du Washington Post révèlent le rôle de Nixon dans une sombre affaire d’espionnage au quartier-général du parti démocrate. Les reporters sont renseignés par une source secrète nommée «Deep Throat». Ce pseudonyme cache en fait l’identité de Mark Felt, un des dirigeants du FBI, comme il sera révélé plusieurs années plus tard. C’est le début du scandale du Watergate, du nom de l’immeuble où se trouvait les bureaux espionnés.

     Le président Nixon nie pendant plusieurs mois être impliqué dans l’affaire du Watergate. À mi-parcours de son second mandat, une procédure de destitution est intentée contre lui. Le 8 août 1974, il annonce dans un discours télévisé son intention de démissionner et de quitter la présidence le lendemain.

#######

«Discours radiophonique de Maurice Duplessis» Photo anonyme (vers 1948) Source : Archives de Radio-Canada

     Le 8 août 1944, l’Union Nationale dirigée par Maurice Duplessis remporte les élections et reprend le pouvoir perdu en 1939. L’UN fait élire 48 députés contre 37 pour le Parti libéral, 4 pour le Bloc populaire et un pour la Fédération du Commonwealth coopératif ; il y a aussi un député indépendant. Même si les libéraux obtiennent 39,3% des voix et les unionistes 38%, la carte électorale favorise les troupes de Duplessis.

     Symbole du nationalisme canadien-français, Duplessis réussit à chasser du pouvoir Adélard Godbout dont la politique est jugée comme trop alignée sur celle d’Ottawa. Malgré d’importantes réformes, dont la création d’Hydro Québec, les libéraux de Godbout ne rallie pas suffisamment de partisans et perdent une partie de leur clientèle au profit du Bloc populaire.

     Le ressentiment québécois contre l’attitude centralisatrice à Ottawa est un facteur important de la défaite de Godbout. La Presse, le lendemain de l’élection, écrit : «M. Duplessis avait choisi l’autonomie provinciale comme principal cheval de bataille et le résultat a prouvé que c’était là une tactique habile. Le vainqueur a mérité son succès par l’ardeur qu’il a déployée tout au long de la campagne. L’hon. M. Godbout sort avec honneur du combat. Il a lutté avec un courage qui ne s’est pas démenti. Il s’incline devant la volonté du Québec et se déclare prêt à servir, comme avant et de son mieux, les meilleurs intérêts de la province».

#######