Archive pour la ‘Au XVIIIe siècle’ Catégorie

Edward GibbonPhoto anonyme d’une huile sur toile d’Henry Walton datant de 1773 et conservée à la National Portrait Gallery (s.d.)Source : Wikimedia Commons

     Montesquieu est un des premiers à s’interroger sur les causes du déclin de l’Empire romain.  Ses travaux inspirent l’historien britannique Edward Gibbon. Ce dernier analyse en profondeur l’histoire de la Rome antique et cherche à comprendre les causes de sa décadence. Cet ouvrage monumental porte le titre de History of the Decline and Fall of the Roman Empire.

     Le premier volume de cette histoire paraît le 17 février 1776 à Londres. Les éditeurs sont William Strahan et Thomas Cadell Sr. Cette édition comprend six volumes et la publication originale est complétée en 1789. L’éditeur déclare alors en préface que la lecture du travail exceptionnel d’Edward Gibbon est indispensable à quiconque étudie l’Histoire…

     Cette thèse de la décadence influence fortement les historiens qui étudient l’Empire romain par la suite. Toutefois, certains critiquent cette approche en soutenant que la chute de Rome a plutôt donné naissance à un renouveau politique, économique et culturel. D’autres extrapolent la thèse de Gibbon pour examiner si la question de la décadence peut également s’appliquer à d’autres régimes politiques et à d’autres périodes de l’Histoire.

#######

Traité de Paris de 1763 (Treaty of Paris of 1763)Photo : Francis Vachon (2014)Source : www.francisvachon.com

     Le 10 février 1763,  le traité de Paris met fin à la guerre qui oppose la France et l’Angleterre. Plusieurs autres pays européens sont aussi impliqués. Ce traité met un terme à la guerre de Sept ans en Europe et à la «French and Indian War» ou guerre de la Conquête en Amérique du Nord. Le traité est rédigé en français et comprend 27 articles. Il porte les signatures et les sceaux du duc de Bedford, John Russell, pour l’Angleterre, de César Gabriel de Choiseul, duc de Pralin, pour la France et du marquis Jérónimo Grimaldi pour l’Espagne. Le Portugal adopte le traité par un article additionnel.

Traité de paix entre le roi, le roi d’Espagne et le roi de la Grande-Bretagne, conclu à Paris le 10 février 1763 : avec l’accession du roi du PortugalParis : Imprimerie royale, 1763Source : BANQ

     Avec cette signature, c’est la fin de la Nouvelle-France et de l’empire colonial français en Amérique. Déjà, les nations amérindiennes alliées des Français ont pour la plupart signé des ententes avec les Britanniques. L’Amérique franco-indienne est chose du passé. Dans la négociation qui se déroule à Paris, la France cède plusieurs territoires pour ne garder que les comptoirs les plus rentables afin de combler sa dette. Le sucre est ainsi préféré à la fourrure !

«Annonce d’un débat sur la question du Traité de Paris, tenu le 19 novembre 2013 à la Bibliothèque Gaston Miron à Paris»Source : ministère la Défense, France

     Durant des décennies, la bataille des plaines d’Abraham est considérée comme un des événements fondateurs du Canada. De plus en plus d’historiens remettent en question cette vision de l’Histoire. Le traité de Paris est-il une cession ou un abandon de la part de la France ? Les recherches actuelles sur cet événement s’attaquent ainsi à plusieurs mythes de l’histoire du Canada et des États-Unis.

#######

«Pavillon royal arboré en présence du roi de France de 1638 à 1790»Image vectorielle de Sodacan (2014)Source : Wikimedia Commons

     La guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique débute en 1775. Les Treize colonies anglaises d’Amérique du Nord revendiquent leur souveraineté et combattent pour cesser d’être sous la domination coloniale de la Grande-Bretagne. En 1776, un comité du Congrès continental est formé pour rédiger un «Traité modèle». Ce document doit guider la politique internationale américaine. Dès septembre 1776, Benjamin Franklin dirige un groupe de représentants du Congrès à Paris. Il est mandaté pour négocier une alliance.

 

Benjamin FranklinDessin de Charles-Nicolas Cochin et gravure d’Augustin de Saint-Aubin (1777)Source : National Portrait Gallery, Smithsonian Institution

 

     D’abord hésitante, la France accorde finalement son appui aux patriotes américains dans leurs revendications. Deux documents sont signés le 6 février 1778 pour officialiser l’alliance. Un premier document traite des relations harmonieuses que les deux pays s’engagent à maintenir. C’est le Traité d’amitié et de commerce.

«Drapeau américain créé par Betsy Rossen usage de 1777 à 1795»Image vectorielle de DevinCook (2008)Source : Wikimedia Commons

     Le second traité formalise l’alliance militaire entre la France et les Américains. Cette entente assure le soutien de la France aux États-Unis durant la guerre d’Indépendance. C’est le Traité d’alliance éventuelle et défensive. Les deux documents sont signés par Conrad Alexandre Gérard pour la France et par Benjamin Franklin, Silas Deane et Arthur Lee pour les États-Unis.

#######