Pendaison des patriotes au Pied-du-Courant Dessin d'Henri Julien (XIXe siècle)

Pendaison des Patriotes au Pied-du-Courant
Numérisation d’un dessin d’Henri Julien datant du XIXᵉ siècle (s.d.)
Source : Wikimedia Commons

     À 9 h du matin, le 15 février 1839, cinq Patriotes montent sur l’échafaud à la prison du Pied-du-Courant. L’Histoire a retenu leur nom ; ce sont :  le notaire François-Marie-Thomas Chevalier de Lorimer, le soldat français Charles Hindenlang, le huissier Pierre-Rémi Narbonne, le cultivateur Amable Daunais et l’instituteur François-Stanislas Nicolas.

Henri_Julien_1904

Le Patriote
Photo anonyme d’une gouache sur papier brun d’Henri Julien datée de 1904 (s.d.)
Source : Wikimedia Commons

     Après la sanglante bataille d’Odelltown de novembre 1838, le gouverneur John Colborne détient 753 prisonniers pour leur lien avec les Patriotes. Adam Thom, du Montreal Herald réclame leur exécution rapide en prétextant qu’il serait ridicule de les engraisser tout l’hiver pour les conduire à la potence ensuite. Après des procès sommaires, Colborne ordonne finalement l’exécution publique de 12 Patriotes.

06M_P224S1P78_002

Lettre d’adieu de Chevalier de Lorimier (1839)
Source : BANQ Vieux-Montréal (P224,S1,P78)

    Cette journée sombre dans l’histoire du Québec, tout comme celles du 21 décembre 1838 et du 18 janvier 1839, a profondément marqué la mémoire collective. Dans un premier temps, Colborne s’affiche en champion de la politique impériale britannique. Il a réussi à mater rapidement l’insurrection armée de 1838. Avec les années, toutefois, la pertinence des revendications des Patriotes devient de plus en plus évidente. Leur lutte pour la liberté et la démocratie a maintenant été reconnue officiellement par l’institution d’une journée nationale de commémoration.

#######

«Publicité électorale de Claire Kirkland-Casgrain». Photo anonyme (1961). Source : Musée québécois de culture populaire

 

 

     En 1961, Claire Kirkland-Casgrain est élue députée de Marguerite-Bourgeoys. Elle devient la première femme à siéger au Parlement du Québec. Rapidement, elle consacre ses efforts à faire adopter une projet de loi pour modifier le statut juridique des femmes mariées. C’est la loi 16 qui vise à faire des femmes mariées des citoyennes à part entière, elles, qui jusqu’alors sont considérées comme des mineures irresponsables et soumises à l’autorité de leurs maris.

     Le 14 février 1964, la Loi sur la capacité juridique de la femme mariée permet à la femme mariée de signer un contrat sans le consentement de son mari ou d’exercer une profession différente de celui-ci. Plusieurs hommes voient cette mesure progressiste d’un mauvais oeil. Un certain nombre de femmes mariées critiquent aussi la loi : les dispositions s’appliquent uniquement aux femmes mariées en séparation de biens et non à celles mariées en communauté de biens.  Il faudra attendre quelques années encore pour que ces dernières accèdent aussi à la majorité juridique.

    La loi entre en vigueur en juillet 1964. Il reste cependant des points où l’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas totale.  Le mari garde préséance sur l’administration familiale : il choisit la résidence de la famille et exerce l’autorité envers les enfants. La femme doit agir comme suppléante de cette autorité. La primauté du mari est finalement abolie en 1977.

#######

Saint Valentin à genoux devant la Vierge Huile sur toile de David Teniers l'Ancien (XVIIe siècle) Source : Wikimedia Commons

Saint Valentin à genoux devant la Vierge
Photo anonyme d’une huile sur toile de David Teniers l’Ancien datant du XVIIᵉ siècle (s.d.)
Source : Wikimedia Commons

     Saint Valentin est un prêtre chrétien martyrisé le 14 février 270. À l’époque, l’empereur Claude II le Gothique abolit le mariage considérant que les hommes mariés faisaient de piètres soldats. Valentin encourage alors les fiancés à venir le voir pour faire bénir leur mariage en secret. Lorsque l’empereur apprend ce subterfuge, il décide de faire décapiter Valentin.

SaintValentine3384

Valentin bénissant le mariage de Sabino et Sérapia
Photo anonyme d’un vitrail de la basilique Saint-Valentin à Terni en Italie (s.d.)
Source : RCIP

     Une autre tradition présente Valentin comme un évêque et martyr de Terni. Valentin de Terni obtient la conversion au christianisme du philosophe Craton lorsqu’il opère la guérison miraculeuse de sa fille. Après avoir réussi plusieurs autres conversions, Valentin de Terni est décapité sur ordre du préfet Placide en 273.

     L’histoire de saint Valentin reste mystérieuse. D’autres écrits rapportent qu’il fut plutôt un martyr en Afrique. En 1969, ce patron des amoureux est retiré du calendrier des fêtes catholiques. La fête du 14 février devient alors celle des apôtres slaves saint Cyrille et saint Méthode.

########