«Tentative de débarquement de Dieppe, les prisonniers de guerre alliés»Photo : Wiltberger & Meyer (1942)Source : Bundesarchiv

     En 1942, les Alliés préparent un débarquement à Dieppe en France. Les dirigeants canadiens et britanniques assument le leadership de l’opération. La majorité des troupes provient de la deuxième division canadienne. Dès juin 1942, les soldats sélectionnés subissent un entraînement intensif. En juillet, le plan stratégique est revu pour prendre le nom d’Opération Jubilee.

     Le raid sur Dieppe démarre le 18 août par l’embarquement de 10 000 hommes sur des transports. Au large de l’Angleterre, ils doivent engagés le combat avec des navires allemands. L’effet de surprise est perdu. Au matin du 19 août, les troupes allemandes sont en état d’alerte maximum pour repousser le débarquement. Le bilan est désastreux : 3 627 Canadiens sont tués, blessés ou faits prisonniers. La forteresse de Dieppe reste au main des Allemands.

     Le fiasco du débarquement de Dieppe a longtemps été présenté comme un sacrifice nécessaire pour la réalisation ultérieure du débarquement de Normandie. Cette interprétation est propagée rapidement à partir de 1944 pour justifier le massacre des soldats canadiens. Des historiens dénoncent maintenant ce point de vue pour présenter le débarquement de Dieppe comme une opération bâclée n’ayant servi qu’à alimenter les ambitions personnelles de certains dirigeants militaires.

#######

«Carrie Chapman Catt»Photo anonyme (ca1914).Source : Librairie du Congrès

     Les revendications américaines en faveur du suffrage féminin débutent au XIXᵉ siècle, pendant la présidence d’Andrew Jackson. En 1838, le Kentucky donne le droit de vote aux femmes lors des élections scolaires. Cette mesure est ensuite reprise dans plusieurs États. En 1869, le Wyoming permet le vote des femmes. En 1887, le Kansas accorde aux femmes le droit de vote lors des élections municipales. Ces mesures novatrices sont copiées dans quelques autres États mais restent des cas isolés à l’aube de la Première Guerre mondiale.

     La lutte pour le droit de vote des femmes est alors menée par la National American Woman Suffrage Association dont la présidente est Carrie Chapman Catt. Elle dévoile en 1916 son «Plan de la victoire» pour obtenir aux États-Unis l’égalité entre les femmes et les hommes en matière de droit de vote.

     Un amendement à la constitution américaine en ce sens reçoit l’appui du président Woodrow Wilson en 1918. Le projet est cependant rejeté au Sénat par quelques votes. En février 1919, la proposition d’amendement est rejetée à nouveau, mais seulement par une voie. Le projet revient devant la Chambre des représentants pour être adopté en mai 1919. Le Sénat en fait de même en juin suivant. Les deux tiers des États américains doivent entérinés cette loi pour qu’elle entre vigueur.  Cette condition est remplie le 18 août 1920 lorsque le XIXᵉ amendement est adopté par le Tennessee.

#######

«SS Royal William 1834»Reproduction d’une peinture anonyme (s.d.)Source : Wikimedia Commons

 

     Au début du XIXᵉ siècle, la navigation à vapeur se développe en Amérique du Nord.  En août 1809, L’Accommodation devient le premier navire à vapeur à naviguer sur le fleuve Saint-Laurent.  Puis, en 1815, Le Frontenac est le premier bateau à vapeur à naviguer sur le lac Ontario , en instaurant un service régulier entre Prescott et York, futur ville de Toronto.  La présence des vapeurs est de plus en plus fréquente dans les années qui suivent mais leur usage reste réservé au cabotage dans les eaux intérieures.

     La situation change au début des années 1830. John Saxton Campbell et George Black construisent alors dans leur chantier naval de l’anse au Foulon à Québec un immense navire à vapeur, le SS Royal William. Les turbines à vapeur, elles, sont construites et assemblées à Montréal. Le lancement du bateau a lieu le 27 avril 1831 sous le patronage du gouverneur Matthew Withworth-Aylmer et de lady Aylmer, née Louisa Anne Call. Durant deux ans, le Royal William effectue plusieurs voyages entre Québec et les colonies britanniques de l’Atlantique.

     L’épidémie de choléra de 1832 force la mise en quarantaine du Royal William et entraîne des pertes de 16 000£ à ses propriétaires. L’année suivante, ceux-ci décident de l’expédier en Angleterre pour le vendre au plus offrant. Le 18 août 1833, le Royal William quitte Pictou en Nouvelle-Écosse avec sept passagers, une petite cargaison et une pleine charge de charbon. Il arrive à Gravesend, sur le bord de la Tamise, 25 jours plus tard.  Le Royal William est un des premiers navires à réaliser la traversée uniquement à la vapeur, n’ayant fait voile qu’une journée pour s’assurer de l’entretien de la bouilloire.  De 1831 à 1837, le Royal William d’une longueur de 160 pieds et d’une largeur de 44 pieds est le plus important navire de passagers au monde. Il est acquis par la marine espagnole en septembre 1834 et est renommé Isabella II, nom porté jusqu’à son naufrage en janvier 1860 dans la baie de Gibraltar.

#######