Rideaucanal

«Patineurs sur le canal Rideau»
Photo : Earl Andrew (2005)
Source : Wikimedia Commons

     L’indépendance des États-Unis en 1776 modifie l’équilibre politique en Amérique du Nord. Durant les décennies qui suivent, les Américains envisagent à quelques reprises la possibilité d’annexer certains des territoires dominés par la couronne britannique au nord de leur frontière. La colonie du Haut-Canada, et particulièrement les établissements situés le long du fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Kingston, sont particulièrement sensibles à la menace d’une invasion américaine puisque la majeure partie du sud du fleuve à cet endroit est entre les mains des Américains.  La tension atteint d’ailleurs son paroxysme lors de la guerre de 1812 avec les nombreux combats armés qui ont lieu le long de cette frontière. Le besoin d’une route sûre vers le Haut-Canada s’impose alors afin d’éviter que cette colonie soit coupée de son accès aux autres colonies britanniques d’Amérique du Nord et à la mère-patrie.

    En 1826, l’officier et ingénieur militaire John By est chargé de construire une voie navigable d’un minimum de 5 pieds de profond entre la rivière des Outaouais et Kingston, sur le lac Ontario. Ces importants travaux d’ingénierie doivent se faire à travers une région peu développée, couverte de forêts vierges et très faiblement peuplées.  Les rivières Rideau et Cataraqui servent de base à ce projet de canalisation. La construction du canal se fait en cinq saisons de travail et l’ouvrage est complété en novembre 1831 : il comporte 47 écluses et 52 barrages.  Des milliers de travailleurs doivent oeuvrer sur le chantier dans des conditions difficiles, étant même frappés par une épidémie de malaria.

  L’ouverture du canal a lieu le 24 mai 1832. À ce moment, l’hostilité entre les colonies britanniques et les États-Unis est chose du passé. Il faut trouver d’autres utilités au canal puisque sa nécessité militaire s‘évanouit. Le canal devient un moyen efficace de transporter des civils et des marchandises et développe une importante vocation commerciale. Plus récemment, la navigation de plaisance s’y développe également et le canal devient une attraction touristique servant même comme patinoire en hiver.

#######

«Tournage du film Les ordres»
Photo : Projet Éléphant
Source : http://ici.radio-canada.ca/

     Octobre 1970 : le Parlement du Canada proclame la Loi sur les mesures de guerre pour la première fois en temps de paix. L’armée canadienne et la police de plusieurs villes du Québec utilisent ces pouvoirs extraordinaires pour arrêter plus de 400 personnes en raison de leurs activités. Les ordres de Michel Brault raconte leurs histoires.

     Brault, réalisateur du film, remporte le Prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 1975 pour cette oeuvre. Le scénario est basé sur l’interview d’une cinquantaine de personnes emprisonnés en 1970 en raison de l’application de la Loi des mesures de guerre. Bien que relatant des événements de la Crise d’octobre de 1970, le film ne mentionne jamais le FLQ, Robert Bourassa, Pierre Laporte, James Cross ou Pierre Trudeau.

     Les ordres est devenu un classique du cinéma québécois. Excellent cinéaste, Brault y présente un film «/… truffé/ de cadrage et de mouvements de caméra audacieux, originaux, libérateurs oserions-nous dire, et toujours riches de sens». Chef d’oeuvre cinématographique, Les ordres permet de jeter un regard artistique et lucide sur la Crise d’octobre.

#######

 

Le véhicule de Bonnie et Clyde criblé de balles après l'embuscade Photo : FBI (1934)

«Le véhicule de Bonnie & Clyde criblé de balles après l’embuscade»
Photo : FBI (1934)
Source : Wikimedia Commons

     En janvier 1934, Clyde Barrow et Bonnie Parker attaquent la prison d’Eastham Farm au Texas pour libérer un membre de leur gang. Plusieurs gardiens sont blessés par balles de mitraillettes et un autre est tué. Les autorités pénitentiaires texanes engagent alors le capitaine Frank Hamer, un policier à la retraite, pour traquer Bonnie & Clyde. Le couple et leurs acolytes sont recherchés morts ou vifs pour plusieurs meurtres et vols à main armée.

     Avec un groupe de policiers, Hamer passe trois mois à la recherche des malfaiteurs. Il découvre en mai 1934 que le couple a décidé de visiter le père d’un membre de leur gang en Louisiane. Le 23, tôt le matin, une embuscade est tendue aux deux bandits. Dès qu’ils sont identifiés, leur voiture est criblée de balles à coup de pistolets mitrailleurs et de fusils à pompe. Bonnie et Clyde sont tués sur le coup.

     Bonnie et Clyde sont responsables de plusieurs crimes odieux au Texas, en Oklahoma, au Missouri, au Nouveau Mexique et en Louisiane. Toutefois, la propension du couple maudit à se faire prendre en photos et à proclamer leur amour teinte leurs crimes de romantisme dans l’opinion publique. Le contexte de la crise économique à l’époque fait même dire à certains que les vols de banque sont excusables…

#######