Drapeau du Nigéria

     La colonisation européenne au Nigéria remonte au début du XIXᵉ siècle.  En 1885, ce territoire est reconnu comme dépendant de l’influence britannique.  Après la Seconde Guerre mondiale, le Royaume-Uni accorde l’indépendance à plusieurs colonies.  La Nigéria devient le septième état africain qui accède à ce statut avec la bénédiction de Londres.

     Ce pays est alors peuplé de plus de 34 millions d’habitants et dispose de richesses naturelles intéressantes.  Dès 1954, la colonie est devenue une fédération composée de trois régions : le Nord, l’Est et l’Ouest.  Cette constitution permet un équilibre entre les diverses ethnies peuplant la Nigéria. Malgré ces tensions, la fédération de la Nigéria évite la «balkanisation» et réussit à accéder à la souveraineté dans l’unité.

     En janvier 1960, le parlement britannique aborde les discussions sur cette question.  Le principe de l’indépendance est reconnu officiellement en juillet.  L’indépendance est proclamée le 1ᵉᴿ octobre 1960.  Le premier ministre Alhaji Abukabar Tafawa Balewa dirige un gouvernement de coalition jusqu’à son assassinat en 1966.

#######

«Les accusés dans leur box au premier procès de Nuremberg»

Photo : Anonyme ( vers 1945-1946)

Source : US Army

     

     Le 8 août 1945, les gouvernements du Royaume-Uni, des États-Unis, de la France et de l’URSS signent un accord pour constituer un tribunal chargé de punir les criminels de guerre des pays européens de l’Axe durant la Seconde Guerre mondiale. Durant quatre ans, ce tribunal international militaire siège à Nuremberg pour tenir plusieurs procès.

     Une vingtaine de leaders nazis sont accusés de divers crimes de guerres et de crimes contre l’humanité. Le 30 septembre 1946, la lecture du verdict commence : dans un premier temps, la description du nazisme et de ses crimes est exprimée. La lecture du jugement se poursuit avec les preuves contre les accusés et les organisations.  Le lendemain, la culpabilité de chaque accusé individuellement est prononcée.

     Le premier procès de Nuremberg est suivi d’un série de quatre autres procès. Les Nations Unies reconnaissent ensuite les principes régissant le tribunal militaire international. Les principes de Nuremberg ouvriront la voie à la création d’une commission du droit international.

#######

«Le marquis de La Jonquière»

Anonyme (s.d.)

Source : Wikimedia Commons

 

     Après la chute de Louisbourg en 1745, une flotte française est expédiée l’année suivante en Acadie afin de tenter de reprendre la forteresse. Cette expédition est commandée par Jean-Baptiste-Louis-Frédéric de La Rochefoucauld de Roy, duc d’Anville. Le Nothumberland, vaisseau amiral de ce groupe de navires, est commandé par Jacques-Pierre Taffanel de La Jonquière. Ce marin d’expérience vient d’être promu chef d’escadre le 1ᵉᴿ mars 1746 et gouverneur de la Nouvelle-France le 19 du même mois.

     Après la traversée de l’Atlantique, un fort coup de vent frappe les bateaux au large de l’Acadie. Plusieurs navires sont avariés. Fin septembre, le duc d’Anville succombe d’une crise d’apoplexie. Le commandement de la flotte est confié à Constantin-Louis d’Estourmel le 29 septembre suite à un conseil de guerre qui décide aussi d’attaquer Annapolis Royal. d’Estournel est dépassé par les événements : il est atteint d’une fièvre qui le fait délirer au point d’attenter à ses jours. Le lendemain, le 30 septembre 1746, après une tentative de suicide, d’Estourmel se démet de ses fonctions en faveur de La Jonquière.

     Constatant le triste état de ses troupes durement malmenées par la maladie et par une météo déchaînée, Taffanel de La Jonquière décide de reporter l’attaque sur Annapolis Royal. «Un relevé des pertes datant du 15 octobre donne, sur un effectif total de 7 006 matelots et soldats, 587 morts et 2 274 malades». Quatre bateaux de transport quittent pour le Canada en octobre et de La Jonquière ramene le reste de la flotte en France. Cet échec montre la faiblesse de la marine française à l’époque, une flotte en déclin après la mort de Louis XIV. L’échec montre également les difficultés croissantes dans le secours possible aux colonies françaises d’Amérique du Nord.

#######