Les 3 rivieresPhoto anonyme d’un plan anonyme dressé en 1685 (s.d.).Source : Wikimedia Commons

     En 1634, Samuel de Champlain commande la construction d’un poste fortifié à l’embouchure des Trois-Rivières. Dans le delta de l’actuelle rivière Saint-Maurice, l’endroit est fréquenté depuis des générations par les Amérindiens qui y convergent pour y effectuer des échanges commerciaux. Jacques Cartier a visité l’endroit en 1535 et a planté une croix sur l’île Saint-Quentin. La configuration des îles à cet endroit inspire le nom de Trois-Rivières à François Gravé du Pont en 1599. Dès 1610, les Français s’y rendent à chaque été pour participer au trafic des fourrures.

     Champlain est bien conscient qu’il est dans l’intérêt de la Nouvelle-France de se rapprocher des Grands Lacs et des réseaux commerciaux amérindiens afin de s’assurer du meilleur approvisionnement possible en fourrures.  Voilà pourquoi il envoie un de ses lieutenants fonder un second établissement permanent.  Le 4 juillet 1634, Monsieur de Laviolette débarque aux «Trois rivières» avec les pères jésuites Jean de Brébeuf et Antoine Daniel ainsi qu’un groupe d’artisans. Laviolette, personnage obscur dont la biographie reste à faire avec certitude, a comme mission d’établir un poste de traite permanent. Au pied du Platon, sur le tertre ceint d’une palissade en pieux, protégés des assauts iroquois, les premiers Trifluviens, une trentaine de pionniers, commencent le développement de la ville.

     Cette habitation fortifiée remplace les ruines des palissades abandonnées par les Algonquins. La petite agglomération se développe ensuite au rythme du commerce des fourrures. En 1663, Trois-Rivières devient le siège d’un gouvernement local. Sa population ne dépasse pas 600 habitants lors de la conquête anglaise en 1760.

#######

Samuel de ChamplainPhoto anonyme d’un portrait de Théophile Hameld’après une gravure de Balthazar Montcornet datant d’environ 1865 etreprésentant Michel Particelli d’Émery  (s.d.)Source : Collection de la Chambre des Communes, BAC

    Parti d’Honfleur en avril 1608, le Don de Dieu dirigé par Samuel de Champlain accoste à Tadoussac le 3 juin suivant.

    Champlain remonte ensuite en barque la «Grande rivière de Canada» pour arriver à la pointe de Québec le 3 juillet 1608.

    L’explorateur décrit ainsi son arrivée : «J’employai une partie de nos ouvriers à abattre Des arbres pour y faire nostre habitation, l’autre à scier des aix, l’autre fouiller la cave & faire des fossez». Québec débute son histoire…

#######

«Signature de la loi sur les droits civiques par le président Lyndon B. Johnson»Photo de Cecil Stoughton (1964)Source : WHPO

     Le Mouvement des droits civiques fait pression à partir des années 1950 pour abolir la ségrégation raciale aux États-Unis.  Le 28 août 1963, le pasteur Martin Luther King prononce devant le Lincoln Memorial à Washington son célèbre discours «I Have a Dream» dans lequel il appelle la population américaine et d’ailleurs à vivre sans racisme dans un monde où Noirs et Blancs coexistent en harmonie.

     La loi sur les droits civiques de 1964 abolit finalement la ségrégation basée sur la race, le sexe, la religion, la couleur ou la nationalité.  Elle est adoptée le 2 juillet 1964 par la signature du président Lyndon B. Johnson qui qualifie ce geste de moment de justice et d’espoir.  À la Maison Blanche, Martin Luther King observe la signature de la loi avec satisbaction.

#######