5 janvier 1998

Crise du verglas

Pylônes affaissés lors de la crise du verglas, en 1998

Photo : Radio-Canada (1998)

Source : Radio-Canada. Archives

   Début janvier 1998, le Québec, l’est de l’Ontario et le Nouveau-Brunswick sont frappés par une tempête de verglas extraordinaire. Le 5 janvier, les précipitations verglaçantes débutent. Un aléa de la météo diront certains qui ont déjà connu pareille situation. Mais durant les quatre jours qui suivent, un lourd couvert de glace recouvre plusieurs régions, notamment la Montérégie et l’île de Montréal. La crise du verglas, une crise sans précédent de mémoire humaine, frappe durement la population de ces territoires.

     La quantité record de pluie verglaçante qui tombe à ce moment malmène le réseau électrique québécois. Le 7 janvier, Montréal est paralysée. Les branches d’arbres tombent sur les fils électriques et provoquent des courts-circuits. Les routes sont impraticables et les écoles sont fermées. Catastrophe le 9 janvier, une trentaine de pylônes servant à la transmission du courant électrique s’effondrent. Un millier de structures d’Hydro-Québec sont endommagées et plus d’un million de foyers sont privés d’électricité durant plusieurs jours consécutifs.

     La crise du verglas devient la pire catastrophe naturelle de l’histoire du Québec. Des lignes à 735 kilovolts doivent être remontées. Le gouvernement du Québec est en mode gestion de crise. Tous les jours André Caillé, le président-directeur général d’Hydro-Québec, et Lucien Bouchard, le premier ministre du Québec, font une mise au point médiatique sur l’évolution de la situation. Des mesures d’urgence comme l’ouverture de centres d’hébergement et la distribution de génératrices à essence sont mises en place. Une importante vague de solidarité envers les sinistrés est aussi visible. Il faudra un mois pour rétablir complètement la situation.

Par François Droüin; version révisée le 23 avril 2019.

#######