3 avril 1669

Institution de la milice en Nouvelle-France

Rémy, Daniel de (Sieur de Courcelles) (1626-1698) Huile sur toile d'Henri Beau (1929) Source : BAC

Rémy, Daniel de
(Sieur de Courcelles) (1626-1698)

Photo anonyme d’une huile sur toile d’Henri Beau datant de 1929 (s.d.)
Source : BAC

     Le 3 avril 1669, le roi Louis XIV écrit au gouverneur Courcelles. Il demande que les habitants de la Nouvelle-France soient divisés en compagnies selon leur proximité de résidence. Ces compagnies doivent être commandées par des capitaines, des lieutenants et des enseignes. Le roi demande que cette milice s’assemble une fois par mois pour s’exercer au maniement des armes. De plus, le gouverneur doit s’assurer de leur fournir la poudre et les fusils nécessaires. Si possible, le roi souhaite que la milice se réunisse un fois l’an pour des exercices par corps. Une marche tous les deux ou trois ans «dans le païs des Iroquois» est même évoquée dans la lettre.

     Cette mobilisation va demander plusieurs années d’effort. Frontenac, successeur de Courcelles, mène cette tâche à bien. La paroisse est généralement le point de ralliement de la milice. Chaque compagnie est rattachée à un des trois districts de la colonie : Québec, Trois-Rivières ou Montréal. Dans chaque cas, un état-major est constitué. Le gouverneur de district commande sa milice et le gouverneur de la Nouvelle-France est le chef suprême de cette organisation militaire. L’intendant peut toutefois requérir l’aide des miliciens pour certaines obligations civiles.

     L’institution de la milice en 1669 touche toute la Nouvelle-France. Tous les hommes de 16 à 60 ans font partie d’un corps de milice local, seigneurial ou paroissial. Ils doivent participer aux expéditions militaires. Ils participent aussi à la préparation et à la construction des systèmes de défense des villes.

#######