27 novembre 1838

Cour martiale pour les Patriotes

z383

« L’arrestation d’un Patriote »

Reproduction d’un dessin anonyme datant d’environ 1837-1838 (2000)

Source : www.1837.qc.ca

     Au début de novembre 1838, le Conseil spécial du Bas-Canada émet une ordonnance pour suspendre l’habeas corpus. C’est la seconde fois en un an que cette mesure d’exception est appliquée. L’arrestation de 855 Patriotes va suivre : 816 à Montréal, 19 à Sherbrooke, 18 à Québec et 2 à Trois-Rivières. Le 27 novembre 1838 la cour martiale est instituée pour juger 108 Patriotes.

     Entre le 6 décembre 1838 et le 1ᵉʳ mai 1839, ce sont 108 Patriotes du Bas-Canada qui sont traduits en cour martiale. De ce nombre, seulement neuf sont acquittés alors que les 99 autres sont condamnés à mort. Parmi ceux-ci, 12 sont pendus en public; 58 voient leur peine commuée en déportation vers l’Australie, 26 sont libérés sous caution et 3 sont libérés sous condition.

     La répression du mouvement patriote au Bas-Canada est cependant beaucoup plus intense dans son ensemble. Pour en saisir l’ampleur, il faut tenir compte de tous ceux qui ont été emprisonnés, déportés, exilés ou pendus entre 1837 et 1840 pour avoir été un Patriote. C’est un total de 1 366 hommes qui sont incarcérés : 228 en 1837, 890 en 1838, 119 en 1938 et un en 1840.

#######