27 janvier 1721

Nicolas Lanoullier de Boisclerc reçoit le droit exclusif d’établir un service postal entre Montréal et Québec

266x300-chemin_42

Signalisation du chemin du Roy

Photo : Yeir Yehuda (2008)

Source: www.ameriquefrancaise.org

     Nicolas Lanoullier de Boisclerc, parisien d’origine, arrive en Nouvelle-France, probablement en 1712. Il agit d’abord comme agent de la Compagnie du Castor. Après l’expiration du monopole de cette compagnie en 1717, Lanouiller de Boisclerc est nommé agent des trésoriers généraux de la Marine à Québec. Sa gestion des affaires à ce poste s’avère problématique : en 1729, une enquête royale est ordonnée et Lanouiller de Boisclerc en ressort lourdement endetté.

     C’est auparavant, le 27 janvier 1721 plus précisément, que Nicolas Lanouiller de Boisclerc obtient le privilège exclusif de tenir les postes pour les lettres et le courrier entre Québec et Montréal en passant par Trois-Rivières. Il a lui-même proposé à l’intendant et au gouverneur de la colonie d’établir ces bureaux de postes, d’assurer la messagerie et de fournir un service de voitures publiques. Il s’offrait même à construire les bacs nécessaires pour circuler sur cette route. L’ordonnance émise à ce moment précise que Lanouiller de Boisclerc doit obtenir la confirmation royale de son privilège dans l’année qui suit, sinon il en sera déchu.

     En l’absence d’une route carrossable à l’année, l’entreprise s’avère impraticable. Le Chemin du Roy, principale route de la Nouvelle-France, sera complété en 1737. Devant cette difficulté, Lanouiller de Boisclerc abandonne son projet qu’il n’enregistre jamais devant le Conseil supérieur. Le système postal en Nouvelle-France reste donc déficient et la communication des lettres demeure une affaire privée qui dépend du bon vouloir des différents messagers.

#######