25 mars 1730

Francheville obtient un brevet pour exploiter le fer de Saint-Maurice

Les Forges du Saint-Maurice Huile sur toile d'Henry Richard S. Bunnett (1886) Source : Musée McCord

Les Forges du Saint-Maurice
Photo anonyme d’une huile sur toile d’Henry Richard S. Bunnett datant de 1886 (s.d.)
Source : Musée McCord

     François Poulin de Francheville est un marchand-bourgeois de Montréal dont les activités sont associées au commerce des fourrures. Il est également seigneur de Saint-Maurice. En 1729, il écrit au ministre de la Marine de Louis XV, Jean-Frédéric Phélypeaux, comte de Maurepas. Il sollicite un monopole pour exploiter les gisements de fer de sa seigneurie de Saint-Maurice.

     Francheville a l’appui de l’intendant Gilles Hocquart et du gouverneur Charles de Beauharnois de la Boische dans son projet. Le 25 mars 1730, Francheville reçoit un brevet du roi. Il obtient un monopole de 20 ans à compter de la première fonte. Il peut aussi exploiter toutes les terres, cultivées ou en friche, attenantes à ses propres terres. Ce privilège couronne les requêtes présentées par les administrateurs de la Nouvelle-France depuis le début du XVIIᵉ siècle pour exploiter les ressources minérales de la colonie.

     L’entreprise va prendre de l’ampleur. Francheville reçoit un prêt de 10 000 livres. En 1733, il fonde la Compagnie des Forges de Saint-Maurice, mais il meurt en fin d’année. Une petite forge est mise en opération; toutefois, le procédé utilisé à l’origine s’avère peu rentable. Les forges sont ensuite reconstruites sous la direction du maître de forges Pierre-François Olivier de Vézin. Les Forges du Saint-Maurice restent en opération jusqu’en 1883. C’est la première entreprise sidérurgique du Québec et un lieu historique national du Canada.

#######