22 juin 1633

Condamnation de Galilée

Galilée devant le Saint-Office. Joseph-Nicolas Robert-Fleury (1847)

Galilée devant le Saint-Office au Vatican
Photo anonyme d’une peinture datant de 1847 de Joseph-Nicolas Robert-Fleury (s.d.)
Source : Wikimedia Commons

      L’astronome italien Galileo Galilei dit Galilée en français publie en 1632 un Dialogue sur les deux grands systèmes du monde. Trois personnages soutiennent le récit du savant. Salviati y présente la théorie héliocentrique du polonais Nicolas Copernic et il argumente avec Simplicio, défenseur du système géocentrique du grec Claude Ptolémée, afin de convaincre Sagredo que la Terre tourne autour du Soleil.

     Ces arguments contraires à la physique aristotélicienne contredisent la position de l’Église catholique sur l’existence de l’univers. L’Inquisition intente alors un procès pour hérésie à Galilée. Le 22 juin 1633, il est condamné et doit abjurer ses convictions que la Terre tourne sur elle-même et qu’elle tourne autour du Soleil, le véritable centre du monde observable. Selon la légende, Galilée aurait murmurer à la fin de son procès : «Et pourtant, elle tourne..».

      Malgré cette condamnation, Galilée a jeté les bases de la mécanique et de l’astronomie moderne. Le 31 octobre 1992, Galilée est réhabilité par le Vatican qui reconnaît alors les erreurs des théologiens du XVIIᵉ siècle.

#######