Archive pour août 2017 | Page d'archive mensuelle

«Géographie politique des Indes au moment de la partition»Carte de Jacques Leclerc (2012)Source : TLFQ

     L’Indian Independance Act reçoit le sanction royale en juillet 1947. Cette loi du parlement britannique prévoit la fin de l’Empire indien. Deux nouveaux dominions sont créés : l’Inde et le Pakistan. Ces deux pays deviennent officiellement indépendants le 15 août 1947 mais font toutefois partie du Commonwealth.

     Lord Louis Mountbatten est le dernier vice-roi des Indes et son premier gouverneur-général. Malgré l’opposition de Mohandas Karamchand Gandhi, Mountbatten s’était rallié au principe de la partition des Indes. Les états princiers restants sont tous annexés à l’Inde par la suite.

     La ligne Radcliffe fixe la limite géographique des deux dominions. La partition des Indes ne se fait pas sans heurt. De violents conflits explosent alors entre différents groupes religieux. Hindous et sikhs quittent le Pakistan qui regroupe désormais une majorité musulmane. En janvier suivant, Ghandi est assassiné. La démocratie survivra malgré tout en Inde mais la situation restera plus conflictuelle au Pakistan.

#######

 

L’AssomptionDétail d’une oeuvre sur soie de Guido Reni datée de 1642 et photographiée parBrian J. McMorrow (2006)Source : Wikimedia Commons

     Le fait saillant de la Convention de Memramcook en 1881 est le choix du jour de la fête nationale des Acadiens.  Des discussions animées opposent alors deux groupes sur la date à retenir.  Certains prônent le 24 juin, jour de la Saint-Jean-Baptiste, afin de stimuler le lien entre tous les Canadiens français face à la majorité anglophone du Canada. On espère ainsi resserrer les liens entre l’Acadie et le Québec.  Une majorité des délégués, à l’instar de l’abbé Marcel-François Richard, soutiennent cependant que les Acadiens ont une identité nationale qui leur est propre. La Convention adopte finalement la date du 15 août, jour de la fête de l’Assomption.

     La première convention nationale des Acadiens attirent plus de 5 000 personnes à Memramcook en 1881.  Plusieurs discussions s’y déroulent pour mieux définir ce qu’est un Acadien.  Les délégués se positionnent pour affirmer leur identité nationale, en réaction à celle plus large de Canadiens français.  En fait, seulement quelques centaines de personnes participent directement aux délibérations organisées autour de cinq commissions. Les thèmes abordés sont la fête nationale, l’éducation, l’immigration et l’agriculture et le rôle de la presse.

     Le choix du patronage de Notre-Dame de l’Assomption s’explique par l’histoire. Le peuple acadien se place sous la protection de la Vierge car, à l’époque de la fondation de l’Acadie, la France est consacrée à Marie sous le règne de Louis XIII. D’autres symboles de l’Acadie seront ensuite retenus.  En 1884, lors de la Convention de Miscouche, le drapeau acadien est adopté et l’Ave Maris Stella devient l’hymne national.  En 1994, une version en français inspirée de ce chant en latin est chantée lors du premier Congrès mondial acadien.

#######

«Attaques des forts de Chouaguen en Amerique…»Reproduction d’une carte du lieutenant Therbu datant de 1789 (s.d.)Source : Barry Lawrence Ruderman Antique Maps Inc.

     L’arrivée à Québec des régiments de La Sarre et de Royal-Roussillon en mai 1756 est accompagnée de celle d’un nouveau commandant, le marquis Louis-Joseph de Montcalm. Malgré ses réticences, Montcalm se rallie au plan élaboré par le gouverneur Pierre de Rigaud de Vaudreuil en vue d’attaquer le «fort de Chouaguen» (Oswego) à l’embouchure de la rivière du même nom. Cette campagne vise le contrôle de l’embouchure du lac Ontario.

     Les troupes françaises se positionnent le 10 août 1756 pour bombarder le fort Ontario qui tombe rapidement. La garnison anglaise se replie alors au fort Oswego, de l’autre côté de la rive.  Le verrou militaire sur la rivière Oswego est ainsi démoli. Le bombardement français se poursuit sur le fort.  Le 14 août au matin, le commandant des troupes anglaises, le colonel James Mercer est décapité par un boulet de canon.  Une heure plus tard, Oswego capitule.

     Montcalm fait détruire le fort et poursuit l’avancée française jusqu’au fort William-Henry qui domine la vallée de l’Hudson. Ses troupes contrôlent alors la région des Grands Lacs. La première phase de la guerre de la Conquête tourne ainsi à l’avantage de la France.

#######