Archive pour mai 2017 | Page d'archive mensuelle

2 Original Quebec Remparts 1971 Memorial Cup Coupe Photos Signed by Guy Lafleur!Photo anonyme (1971)Source : eBay

     Les Remparts de Québec amorcent leur deuxième saison d’existence en 1970-1971. L’équipe domine ses adversaires avec une fiche de 54 victoires, 7 défaites et un match nul. En séries éliminatoires, les Remparts ne font qu’une bouchée de leurs adversaires et remportent la Coupe du Président. Ils obtiennent ainsi leur laissez-passer pour le tournoi de la Coupe Memorial. La troupe dirigée par Maurice Filion va alors vaincre les champions de la Ligue du Saguenay Lac St-Jean, du district d’Ottawa et des Maritimes.  La grande finale pour l’obtention de la Coupe Memorial se déroule entre les Remparts et les Black Hawks de Saint Catharines.

     La confrontation oppose deux des meilleurs joueurs de hockey de l’époque. St. Catharines peut compter sur Marcel Dionne, futur compteur de 731 buts dans la Ligue nationale de hockey, tandis que Québec est mené à l’attaque par le joueur-étoile Guy Lafleur. Les Remparts gagnent le premier match 4-2 sur la patinoire de leurs adversaires, avant de s’incliner 8-3 dans le deuxième. La tension est à son comble dans cette série qui se transpose en antagonisme entre le Québec et l’Ontario, entre francophones et anglophones. De retour au Colisée de Québec, les Remparts remportent deux victoires consécutives pour prendre les devants 3-1 dans la série 4 de 7.  Les partisans québécois sont en délire. Dionne, originaire de Drummondville, est traité de traître et des grenouilles sont tirées sur la patinoire. L’affrontement se termine par une bagarre générale d’une rare violence. La police doit intervenir à la fin de la partie pour assurer la sécurité des joueurs de St. Catharines lorsqu’ils regagnent leur autobus.

Robert Bourassa and Guy Lafleur: Holy SmokesPhoto anonyme (1971)Source : Joe Pelletier

     Le cinquième match se déroule à Toronto, devant une une foule hostile à l’équipe de Québec qui s’incline par la marque de 6-3. Coup de théâtre, les Black Hawks de Saint Catharines refusent de revenir jouer à Québec et suggère que le sixième match soit joué au Forum de Montréal. Les Remparts refusent et remportent la Coupe Memorial suite au forfait de l’équipe adverse. Leur suprématie sur le hockey junior canadien est concrétisée quelques jours plus tard alors qu’ils écrasent les Oil Kings d’Edmonton, représentants de la Ligue de l’Ouest, en deux matchs consécutifs. Les partisans des Remparts ont tout lieu de chanter à travers la ville : «Ils sont en or, ils sont en or» ! En 1971, les Remparts de Québec réalisent l’exploit de devenir la première équipe de hockey évoluant au Québec à être championne de la Coupe Memorial.  Cette conquête par une formation du Québec a donné de la crédibilité au circuit québécois, jusque-là dénigré par plusieurs spécialistes qui dénonçait son manque de sérieux.

La Coupe MemorialPhoto : Scorpion (2008)Source : Wikimedia Commons

#######

Le sacre de NapoléonPhoto anonyme d’une huile sur toile deJacques-Louis David datant de 1805-1807 (s.d.)Source : Wikimedia Commons

     Le sénatus-consulte organique du 28 floréal an XII marque le début du Premier Empire en France. Cette constitution est adoptée le 18 mai 1804. Le titre I précise d’abord que le gouvernement de la République est confié à l’empereur des Français. Puis, le texte spécifie que «Napoléon Bonaparte, Premier consul actuel de la République, est Empereur des Français».

     Napoléon fonde sa légitimité sur la grâce de Dieu selon la théorie du droit divin. Il continue cependant de se réclamer du peuple. Napoléon prend le titre d’empereur et non de roi pour ménager la susceptibilité des révolutionnaires français. Le 6 novembre suivant, un plébiscite donne un appui populaire à cette décision.

     Napoléon Iᵉʳ doit être sacré empereur par le pape Pie VII le 2 décembre 1804 dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Lors de la cérémonie, au moment où le pape vient pour prendre la couronne dite de Charlemagne, Napoléon la saisit et se couronne lui-même. Joséphine est ensuite couronnée impératrice par Napoléon et le pape se contente de bénir ce sacre.

#######

«Le père Jacques Marquette prêchant aux Amérindiens de la région du Michigan» Photo d’une peinture de Wilhelm Lamprecht datant de 1869 : Magnus Manske (2006) Source : Wikimedia Commons

 

     Le père jésuite Jacques Marquette décède le 18 mai 1675 au pays des Illinois, près de la ville de Ludington dans le Michigan. Avec Louis Jolliet, il a découvert la route du Mississipi en 1673. Éprouvé physiquement par ce voyage, Marquette reprend des forces en 1674 à la mission Saint-François-Xavier dans l’actuel état du Wisconsin pour reprendre ensuite son oeuvre missionnaire.  Il hiverne aux environs de Chicago, pour repartir vers les Illinois. En avril, durant la semaine sainte, il prêche en plein air devant plus de deux mille Amérindiens. Mais sa santé se détériore à nouveau. Il tente de revenir à la mission Saint-Ignace sans y arriver et expire en pleine forêt.

     Après avoir découvert le Mississipi, le père Marquette comprend mieux le potentiel du continent américain pour un missionnaire comme lui.  Sa décision de quitter la baie des Puants en 1674 malgré une santé chancelante en témoigne. Son objectif en prêchant aux Illinois est d’ouvrir une nouvelle mission. Son décès met fin au projet. Un an après sa mort, son cadavre est exhumé et ses restes sont transportés à la mission Saint-Ignace.

     Après la translation, la dépouille du père Marquette est mise en terre le 8 juin 1677, lors les funérailles organisés par les Kiskakons. L’année suivante, le père Claude Dablon, supérieur des missions jésuites de la Nouvelle-France annonce qu’il a complété un petit récit des explorations du père Marquette. La paternité de ce récit a longtemps été attribuée au père Marquette et l’apport du père Dablon au texte demeure sujet de controverse.

#######