Archive pour février 2017 | Page d'archive mensuelle

«Reportage sur la bataille de Los Angeles»Source : Los Angeles Times (1942)

 

    Le 25 février 1942, plusieurs mois après le début de la Seconde Guerre mondiale, une curieuse bataille se déroule dans le ciel de Los Angeles.  Plusieurs personnes sont témoins de l’événement. Les forces armées américaines combattent alors un mystérieux objet volant.

     Après l’attaque de Pearl Harbor, la DCA est en alerte. Durant la nuit du 25 au 26 février 1942, l’artillerie anti-aérienne engage le combat contre un objet volant non-identifié. Les tirs durent près d’une heure. Au grand étonnement des Américains,  il n’y a pas de bombes larguées sur Los Angeles et aucun appareil ennemi n’est abattu.

     Malgré les rumeurs d’attaque japonaise sur la côte ouest américaine, la bataille de Los Angeles reste une surprise et son explication est mystérieuse. Les témoignages relatifs à cet objet volant non-identifié restent contradictoires. Son apparente invulnérabilité est aussi inexpliquée. La bataille de Los Angeles devient ainsi un des premiers contacts documentés avec un OVNI.

#######

«Monument commémorant le premier chemin de fer canadien»Photo : MTLskyline (2014)Source : Wikimedia Commons

 

     Juillet 1836 : une locomotive fonctionnant avec une bouilloire alimentée au bois quitte Laprairie pour faire le premier voyage en chemin de fer de l’histoire du Québec et du Canada. Cette réalisation est celle de la compagnie Champlain & St. Lawrence Railroad. La voie ferrée relie Laprairie, village au sud de Montréal sur le bord du fleuve Saint-Laurent, avec Saint-Jean sur le bord de la rivière Richelieu. Cette route permet aux voyageurs et aux marchandises qui se rendent à New York d’éviter une route terrestre peu carrossable vers Saint-Jean avant d’embarquer en bateau pour le reste du voyage.

     Les chemins de fer débutent à l’époque. Dès 1831, Peter McGill et son associé américain Jason B. Pierce expérimentent le train reliant Abany à Schenectady dans l’État de New York. Les deux hommes forment un partenariat avec le brasseur John Molson pour entreprendre l’exploitation d’une voie ferrée au Bas-Canada.  Le 25 février 1832, la Champlain & St Lawrence Railroad voit le jour.

     La construction de la voie ferrée débute en janvier 1835 et la locomotive usinée en Angleterre arrive à Montréal en juin 1836. L’inauguration du tronçon se fait avec faste. Un fanfare est présente tandis que Archibald Archeson, comte de Gosford et gouverneur de la colonie, ainsi que Louis-Joseph Papineau sont au nombre des premiers passagers. En deux heures, la locomotive et ses deux wagons accueillant 32 personnes arrivent dans la gare flambant neuve de Saint-Jean.

#######

«Maurice Duplessis et Louis Saint-Laurent devant l’hôtel Windsor»Photo anonyme (1954)Source : Société Radio-Canada

     Le juge Thomas Tremblay préside la Commission royale d’enquête d’enquête sur les problèmes constitutionnels. Cette commission est établie en 1953 pour déterminer comment limiter l’empiètement du gouvernement fédéral sur les champs de compétence du Québec. Dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement du Canada avait obtenu des gouvernements  des provinces le droit de percevoir les impôts directs, un pouvoir provincial exclusif.  À l’issue de la guerre, le Québec refuse de reconduire l’entente passée avec Ottawa. La Commission Tremblay  a comme mandat d’enquêter sur ce problème constitutionnel.

     Le 24 février 1954, le Parlement québécois adopte une nouvelle loi qui permet au gouvernement du Québec de lever un impôt sur le revenu des particuliers.  Cet impôt correspond à 15% de l’impôt fédéral. Dès 1947, le gouvernement de l’Union Nationale dirigé par Maurice Duplessis avait imposé le revenu des corporations oeuvrant au Québec.  Ce projet d’impôt sur le revenu des particuliers est fortement contesté par le fédéral jusqu’à ce qu’une entente survienne entre les deux paliers de gouvernement en octobre 1954, notamment suite à une réunion à huis clos entre Duplessis et le premier ministre Louis-Saint-Laurent à l’hôtel Windsor à Montréal.

     Pour Duplessis, l’autonomie fiscale de Québec est une priorité. Il exige que l’impôt québécois soit déductible de l’impôt fédéral. L’historien Robert Comeau se souvient de cette lutte au déséquilibre fiscal : «La loi fut donc votée en février, mais on n’a pas su avant l’automne suivant si le gouvernement fédéral rendait cet impôt québécois déductible du sien, ce qui ne se conclura qu’en janvier 1955. Louis Saint-Laurent proposait que les provinces se financent par des subventions fédérales». Duplessis mène la lutte jusqu’au bout en démontrant l’importance de l’autonomie provinciale. Il fait «valoir l’importance pour le Québec de disposer de moyens fiscaux pour exercer ses propres pouvoirs…Grâce à ce nouvel impôt créé en 1954, les grandes réformes de la Révolution tranquille furent rendues possibles».

#######