Archive pour février 2017 | Page d'archive mensuelle

«Pierre-Antoine Doucet»Reproduction anonyme d’un portrait non datée (s.d.)Source: www.sq.gouv.qc.ca

 

     Le 1ᵉᴿ février 1870, le gouvernement du Québec crée la police provinciale de Québec, organisme à l’origine de la Sûreté du Québec. La direction de cette police provinciale est confiée à Pierre-Antoine Doucet, ancien greffier de la paix et membre du bureau de la police de Québec. Au moment de sa nomination, il est juge des sessions de la paix à Québec. Le quartier général de cette nouvelle police est à Québec dans la centrale de la police municipale de la ville.

     En fait, cette création est un choix politique. La police provinciale de Québec s’inspire du système en vigueur en Grande-Bretagne depuis 1829. Elle est constituée en vertu de l’Acte pour établir un système général de police en cette province adoptée le 23 décembre 1869 et son organisation formelle débute le 1ᵉᴿ mai 1870. Forte de 65 hommes à ses débuts, ses services sont partagés avec les municipalités qui sont prêtes à partager les coûts. D’ailleurs, la police municipale de Québec est dissoute le 26 mai 1870 et la police provinciale la remplace.

    Ce projet a ses origines avec l’Union de 1840. La police provinciale a comme mandat de mieux contrôler les émeutes électorales, ethniques et religieuses ainsi que les conflits ouvriers qui éclatent de temps à autre. Il s’agit de la recherche d’une solution globale aux problèmes de sécurité. Cette gendarmerie est la solution à l’inefficacité des petits corps de police municipaux pour répondre à l’agitation des foules. Pour des motifs politiques et financiers, la police provinciale cesse d’opérer en 1878 pour renaître en 1884.

#######

Parliament Buildings, QuebecLithographie de Napoléon Sarony& Henry B. Major (1851)Source : MNBAQ

 

     À Québec, au XIXᵉ siècle, plusieurs endroits sont utilisés pour abriter les députés. De 1792 à 1838, les élus du Bas-Canada se réunissent dans la chapelle du palais épiscopal située en haut de la Côte de la Montagne. La ville perd ensuite cette fonction de capitale jusqu’en 1852. Le gouvernement du Canada se réunit alors à Québec dans un nouvel édifice et la capitale de la colonie alterne entre Toronto et Québec. Les parlementaires se réunissent à Québec de 1852 à 1855, puis de 1860 à 1865. Après la Confédération, Québec devient la capitale du Québec et un nouvel hôtel du Parlement est construit à partir de 1877.

     Le 1ᵉᴿ février 1854, vers 3 h du matin, le feu éclate dans l’aile sud du parlement qui occupe le Conseil législatif. Le brasier est incontrôlable et se propage rapidement, probablement par le système de chauffage. Une grande partie de la bibliothèque est cependant sauvée. Le premier parlement dont la valeur est estimée à 150 000 £, est une perte totale.

   Pour remplacer cet édifice, le gouvernement loue alors à l’archevêché un bâtiment en construction destiné à loger les soeurs de la Charité dans le faubourg Saint-Jean. L’architecte Charles Baillairgé prépare des plans d’aménagement intérieur et les travaux se font aux frais du gouvernement. Malheureusement, cet immeuble brûle dès le 3 mai suivant. Jusqu’en 1855, l’Assemblée législative siège alors à l’Académie de musique de la rue Saint-Louis et le Conseil législatif au Palais de justice situé sur la même rue.

#######