Archive pour décembre 2016 | Page d'archive mensuelle

«Marie-Claire Kirkland dans le monument en hommages aux femmes en politique»Photo de jeangagnon d’une sculpture de bronze de Jules Lasalle (2012)Source : Wikimedia Commons

       Marie-Claire Kirkland fait ses études en droit pour devenir avocate en 1952.  Son père est député de Jacques-Cartier et elle-même s’intéresse à la politique.  Elle s’implique dans les affaires publiques et assume un leadership dans plusieurs mouvements.

     Le 14 décembre 1961, elle est élue députée libérale de Jacques-Cartier lors d’une élection partielle. Elle remplace alors son père décédé quatre mois plus tôt.  Elle devient ainsi la première femme à faire son entrée au Parlement du Québec.

     Madame Kirkland-Casgrain est une pionnière de l’émancipation des femmes en politique québécoise.  En 1962, elle devient la première femme à entrer au conseil des ministres.  Elle pilotera plusieurs dossiers pour faire avancer la cause des femmes. Durant dix ans, elle sera la seule femme à la législature du Québec.

#######

«Le docteur Camille Laurin, député de Bourget»Photo anonyme (ca 1976)Source : Assemblée nationale du Québec

     En 1977, Camille Laurin est ministre d’État au développement culturel dans le gouvernement du Parti québécois. Il fait adopter la Charte de la langue française par les parlementaires du Québec : c’est la loi 101. Cette charte impose l’usage exclusif du français dans l’affichage public et la publicité commerciale. Elle étend la francisation à toutes les entreprises de 50 personnes ou plus. La loi 101 restreint aussi l’accès à l’école anglaise aux seuls enfants dont l’un des parents a reçu son enseignement primaire en anglais au Québec.  De plus, elle prévoit que seule la version française des lois est officielle.

     Moins d’un mois après son adoption, le chapitre III de la loi est contesté devant les tribunaux. Ses dispositions, qui consacrent le français seule langue de la législation et de la justice au Québec, contredisent l’Acte de l’Amérique du nord britannique.

     Le 13 décembre 1979, la Cour suprême du Canada invalide les articles 7 à 13 de la Charte de la langue française.  Ces articles sur la langue de la législation et de la justice sont jugés contraires à l’article 133 de la constitution canadienne.  Cette décision prend le nom «d’arrêt Blaikie» en référence à Peter Blaikie, un des trois avocats montréalais qui ont contesté la loi 101.

#######

«Monument Robert-Bourassa, oeuvre du sculpteur Jules Lasalle»Photo : Anne-Marie Gauthier (2009)Source : CCNQ

     Robert Bourassa est élu député pour la première fois en 1966. En 1970, il est élu au poste de premier ministre du Québec. Il occupe cette importante fonction jusqu’au 15 novembre 1976, date où il est défait par le Parti Québécois dirigé par René Lévesque. Il poursuit ensuite une carrière universitaire et enseigne les sciences politiques à Québec et à Montréal.

     Il revient en politique en 1983. Il dirige alors le Parti libéral du Québec et agit comme chef de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale du Québec. Avec la victoire de son parti, le 12 décembre 1985, il redevient premier ministre du Québec. Il dirige ensuite le Québec jusqu’en 1994.

  Robert Bourassa n’accède pas immédiatement à l’Assemblée nationale en 1985 car il est défait dans son comté de Bertrand le 12 décembre.  Il doit assister en spectateur à la lecture du discours inaugural de son gouvernement en 1986. Il est finalement élu dans Saint-Laurent lors d’une élection partielle provoquée par le départ d’un des députés de son parti.

#######