Archive pour octobre 2016 | Page d'archive mensuelle

Manifestation des Canadiens contre le gouvernement anglais, à Saint-Charles, en 1837Photo anonyme d’une huile sur toile de Charles Alexander Smith datant de 1890 et conservée au Musée des beaux-arts du Canada (s.d.)Source : Wikimedia commons

     La démocratie parlementaire apparaît dans la vallée du Saint-Laurent après 1791. La Chambre d’assemblée du Bas-Canada est le lieu où une première génération de députés canadiens font l’apprentissage des institutions démocratiques. Toutefois, le contexte reste celui d’une colonie et ce système montre rapidement ses limites. L’affrontement se développe entre le gouverneur et la majorité élue, le Parti Patriote dirigé par Louis-Joseph Papineau.  La principale pierre d’achoppement est la question des subsides.  En 1834, l’assemblée du Bas-Canada adopte 92 résolutions pour demander une réforme en profondeur de l’administration coloniale.

     Au printemps 1837, une fin de non-recevoir aux 92 résolutions est exprimée par John Russell, le secrétaire des colonies du Royaume-Uni.  Il présente au parlement de Londres dix résolutions qui rejètent les réformes demandées par les Patriotes. Des assemblées publiques sont alors convoquées un peu partout au Bas-Canada.  L’opinion publique se radicalise.  Le 23 octobre 1837, une gigantesque assemblée publique à lieu à Saint-Charles dans la vallée du Richelieu.  C’est l’assemblée des Six-Comtés.

     Près de 5 000 personnes assistent aux discussions qui se prolongent sur deux jours. Le docteur Wolfred Nelson préside aux débats. Le premier jour, plusieurs personnalités prononcent des discours. Treize résolutions sont également passées au vote.  Elles dénoncent le gouvernement colonial et appelle le peuple à prendre en main ses destinées. Le lendemain, un comité est formé pour rédiger une adresse à la population du Bas-Canada et préparer un projet de constitution.

#######

«Le monument de Madeleine de Verchères»Photo anonyme (1934)Source : BAC

 

     François Jarret est enseigne dans le régiment de Carignan lorsqu’il débarque à Québec en 1665. Il fait partie des soldats envoyés en Nouvelle-France combattre la menace iroquoise. En récompense de ses services, après la guerre, Jean Talon lui octroie une terre bordant le Saint-Laurent, à l’ouest du Richelieu. La nouvelle seigneurie prend le nom de Verchères. C’est là que va naître Marie-Madeleine surnommée Madelon le 3 mars 1678.

     Le seigneur de Verchères fait alors construire un fort pour protéger sa famille et ses censitaires de la menace iroquoise renouvelée. En 1690, en l’absence du seigneur, la mère de Madeleine, Marie Perrot, doit prendre la défense du fort avec l’aide de quelques hommes afin de repousser une attaque. Deux ans plus tard, le 22 octobre 1692, c’est sa fille qui joue le même rôle.

     Les différents récits de la défense du fort, un siège qui aurait duré huit jours, se sont transformés en mythe. La jeune fille de 14 ans échappe-t-elle aux mains de son poursuivant iroquois en détachant son foulard ? Assume-t-elle le leadership de tromper une quarantaine d’assaillants en se déguisant et en tirant du canon ? Réussit-elle à sortir de leur torpeur et à secouer les femmes et les enfants terrorisés ? Quoiqu’il en soit, l’héroïne de Verchères est immortalisée en 1913, lorsque la suggestion de Lord Grey, gouverneur général du Canada, est réalisée et qu’un monument est érigé en l’honneur de Madeleine de Verchères.

#######

«Première carte du détroit de Magellan»Photo anonyme d’un dessin daté de 1525 d’Antonio Pigafetta (s.d.)Source : Wikimedia Commons

    Le navigateur portugais Fernão de Magelhais, de son nom français Magellan, quitte l’Espagne en 1519 à la tête d’un flotte de cinq navires. Son objectif : rallier l’archipel des Moluques par l’Ouest en contournant le continent américain. Il espère ainsi réussir la première circumnavigation de la Terre.

     Après la traversée de l’Atlantique, il explore la côte de l’Amérique du Sud à la recherche d’un passage vers l’Ouest. Le 21 octobre 1520, l’expédition contourne le cap des Vierges et amorce l’exploration d’un labyrinthe de canaux qui va les conduire à l’océan Pacifique un mois plus tard. Le détroit est d’abord nommé «chenal de Tous-les-Saints» mais il prend rapidement le nom de détroit de Magellan en l’honneur du navigateur.

     L’explorateur traverse ensuite le Pacifique mais trouve la mort aux Philippines en tentant de convertir un chef local au christianisme. Après plusieurs péripéties, un seul navire de cette flotte, le Victoria, avec à son bord 18 marins arrive à Séville en Espagne le 8 décembre 1522 après avoir complété le premier tour du monde à voile.

#######