2 juillet 1964

Adoption du «Civil Rights Act» aux États-Unis

Signature de la loi sur les droits civiques. Photo : Cecil Stoughton (1964)

«Signature de la loi sur les droits civiques par le président Lyndon B. Johnson»
Photo de Cecil Stoughton (1964)
Source : WHPO

     Le Mouvement des droits civiques fait pression à partir des années 1950 pour abolir la ségrégation raciale aux États-Unis.  Le 28 août 1963, le pasteur Martin Luther King prononce devant le Lincoln Memorial à Washington son célèbre discours «I Have a Dream» dans lequel il appelle la population américaine et d’ailleurs à vivre sans racisme dans un monde où Noirs et Blancs coexistent en harmonie.

     La loi sur les droits civiques de 1964 abolit finalement la ségrégation basée sur la race, le sexe, la religion, la couleur ou la nationalité.  Elle est adoptée le 2 juillet 1964 par la signature du président Lyndon B. Johnson qui qualifie ce geste de moment de justice et d’espoir.  À la Maison Blanche, Martin Luther King observe la signature de la loi avec satisbaction.

#######