1er novembre 1809

L’Accommodation vogue à vapeur vers Québec

« Accomodation »

Reproduction d’un dessin de Jean Bélisle (s.d.)

Source : www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

     John Molson entreprend au début du XIXᵉ siècle un audacieux projet. Il prend les moyens pour construire au Bas-Canada un navire à vapeur capable de transporter des passagers et des marchandises entre Québec et Montréal. Ce projet relève de la haute technologie pour l’époque comme l’explique l’historien Gilles Laporte dans son livre sur le sujet. Dans un premier temps, Molson se renseigne sur le potentiel de la navigation à vapeur auprès de Robert Fulton. Cet ingénieur et inventeur américain est le premier à réussir à faire naviguer un bateau à vapeur sur la rivière Hudson en 1807. Molson rejette l’offre de Fulton de lui livrer un bateau clé en main et décide de construire son propre navire. Molson renonce à acheter son moteur à vapeur en Angleterre et il choisit « de faire construire ici le bateau, la ferronnerie et le moteur par des artisans de Montréal et de Trois-Rivières, qui cons­truiront en un an l’un des premiers bateaux à vapeur au monde ».

     Les artisans derrière ce navire sont John Bruce, constructeur de bateau, John Jackson, ingénieur, et John Kay, ébéniste. Les composantes de la machine à vapeur sont coulées aux Forges du Saint-Maurice et sont usinées à Montréal par George Platt. Le 19 août 1809, le navire, baptisé Accomodation, est lancé au chantier maritime Logan. Il appartient à John Molson qui deviendra rapidement le « bourgeois des steamboats », en même temps qu’il bâti son empire de magnat de la bière. Le navire a 85 pieds de long et peut transporter une vingtaine de passagers.

     Le 1ᵉᴿ novembre 1809, l’Accommodation entreprend son premier voyage vers Québec et arrive le 4 novembre à 8 heures du matin. Dix passagers sont à bord. Des difficultés avec le moteur forcent l’équipage à faire des arrêts fréquents. De plus, d’autres arrêts doivent être faits pour approvisionner le bateau en combustible. L’Accommodation passe une trentaine d’heure à l’ancre. Malgré ces difficultés, l’expérience est concluante. Le transport par navire à vapeur est là pour rester. Cette traduction du Quebec Mercury du 6 novembre 1809 résume : « Le grand avantage d’un bateau ainsi construit, c’est que l’on peut calculer avec certitude le temps du passage et l’heure de l’arrivée; ce qui est impossible à faire avec un bateau à voiles ».

Par François Droüin; version révisée le 13 février 2019.

#######